Réalisation de mon multiroom audio à base de Raspberry Pi et Hifiberry

171

Voilà bien longtemps que je devais revoir mon multiroom complètement, pour avoir quelque chose de plus complet, répondant à mes besoins, de meilleure qualité, et avec un budget maitrisé. Si vous ne connaissez pas le multiroom, c’est en fait un système audio qui permet de sonoriser plusieurs pièces afin de pouvoir écouter la musique qu’on veut, où on veut dans la maison.

Pour mémoire, j’avais installé mon multiroom il y a quelques années. Lors de la construction, j’avais demandé au plaquiste de me passer une gaine dans le plafond de chaque pièce, l’autre bout devant arriver dans le garage. J’avais ensuite acheté 150m de cable audio en 1,5mm pour une soixantaine d’euros, soit moitié prix par rapport au prix normal, qui m’a permis de cabler les 7 pièces principales.

img_94211

J’avais ensuite acheté des hauts parleurs encastrables chez Conrad, 6 « classiques », et 1 étanche pour la salle de bain, fait pour les bateaux. Ce ne sont pas des haut parleurs haut de gamme, mais la qualité était suffisamment bonne pour l’objectif de départ, à savoir avoir une musique d’ambiance. La référence est SPE 178WT, payée à l’époque 19.95€ pièce (les prix ont bien augmenté…).

IMG_8933

Les caractéristiques:

  • Impédence en mode hifi: 8 Ohms
  • Puissance RMS: 20w
  • bande passante: 80 à 21000 Hz
  • Pression acoustique: 90 dB
  • Diamètre de montage: 150mm
  • Profondeur de montage: 48 mm

Pour cette partie, c’est au choix et au budget de chacun, certains ayant mis par exemple des Yamaha à 230€ pièce. Là tout de suite pour l’ensemble de la maison ca commence à chiffrer. Mas c’est une évolution qu’il faudra que je fasse dans certaines pièces, comme le salon. J’y regarderai de plus près plus tard…

Pour alimenter tout ca en audio, au départ j’avais utilisé une carte son 5.1, avec Foobar, les 6 canaux permettant d’alimenter 6 enceintes. Une usine à gaz à gérer, avec un pc derrière tournant en permanence :/

J’ai ensuite utilisé 4 Squeezebox et 3 raspberry pi sur lesquels j’avais installé SqueezePlug, étant donné que Logitech avait décidé en cours de route d’arrêter la commercialisation des Squeezebox. Entre les Squeezebox, des petits amplis de kit pc récupérés, car il fallait que le son soit amplifié avant les enceintes, le montage était un peu complexe. Pour schématiser, ca donnait cela:

 

L'ancien système ressemblait beaucoup au schéma proposé par Aurel dans son tuto sur le multiroom.

L’ancien système ressemblait beaucoup au schéma proposé par Aurel dans son tuto sur le multiroom.

En réalité, il faut bien le dire, c’était un beau bordel de cables, car j’avais trois postes supplémentaires par rapport à ce schéma, qui n’indique en plus pas les cables d’alimentation. Bref, c’était chargé.

A vrai dire le système était grandement améliorable, car le son n’était pas grandiose (mon ami Max m’a filé le virus du « bon son ;-), et les amplis avaient tendance à laisser passer un peu de souffle quand aucune musique n’était diffusée. Bref, au final il faut bien avouer qu’on était loin de se servir de ce système autant qu’on aurait pu l’imaginer. La faute aussi à une gestion peut être trop compliquée pour ma femme.

Bref, avec les évolutions qu’il y a eu depuis, j’ai donc décidé de tout remettre à plat. Le cahier des charges était simple:

  • système Squeezebox, car c’est ce qui reste le plus ouvert et le plus facile à intégrer à un système domotique. Le concurrent le plus renommé est Sonos, mais c’était clairement hors budget :/
  • support de Spotify, utilisé par toute la famille depuis quelques années maintenant en Premium
  • support de Airplay, puisque nous avons de nombreux appareils à la pomme, et que ce système est ultra simple à utiliser

A force de fureter sur les forums et autres blogs, j’ai découvert la société Hifiberry, qui fait des cartes filles audio pour les Raspberry Pi.

multiroom_hifiberry_28

Car c’est de notoriété publique, la sortie audio jack des RPI n’est vraiment pas terrible. D’ailleurs, le souffle, voir les bourdonnements que j’avais dans mon système étaient surtout liés à cette sortie audio de mauvaise qualité (seule la sortie HDMI est vraiment correcte). Bref, une société suisse s’est donc positionnée sur ce secteur. Au catalogue, des DACs, mais également une carte qui fait DAC et Ampli ! Après un test très concluant, j’ai donc décidé de baser tout mon système sur ce couple Raspberry Pi + Hifiberry Amp+.

Présentation complète de mon système multiroom…

 

I. Préparation de l’installation matérielle.

1.1 Les Raspberry Pi et HifiBerry

La carte Hifiberry Amp+ est donc une carte fille pour Raspberry Pi B+ et B2 qui vient se monter sur les pins GPIO du Raspberry Pi. Elle est livrée avec de petites entretoises en plastique:

multiroom_hifiberry_29

L’originalité de cette carte, c’est qu’en plus de décoder l’audio (avec une bien meilleure qualité que le Raspberry Pi), elle fait également office d’amplificateur, en délivrant une puissance de 25W:

multiroom_hifiberry_30

A l’arrière, son connecteur GPIO pour un branchement facile sur le Raspberry Pi.

multiroom_hifiberry_31

Sur le côté, un connecteur jack pour l’alimentation, et 6 borniers. Les deux premiers peuvent être utilisés pour l’alimentation à la place du connecteur jack, et les quatre suivant sont là pour y brancher directement les cables audio des haut parleurs (donc deux par haut parleur):

multiroom_hifiberry_32

Détail important: la carte doit être alimentée en 12V. Le Raspberry est directement alimenté par cette carte, il ne faut surtout pas y brancher l’alimentation habituelle en 5V. C’est une bonne chose, ca fait un cable en moins !

La carte est très réduite, pour s’insérer au mieux sur le RPI sans dépasser:

multiroom_hifiberry_33

multiroom_hifiberry_34

Afin de ne pas casser les connecteurs GPIO, des entretoises en plastique sont fournies pour maintenir la carte Amp+ en position. Il suffit de les fixer sur le Raspberry aux emplacements prévus:

multiroom_hifiberry_35

multiroom_hifiberry_37

multiroom_hifiberry_38

Puis on vient y fixer la carte Hifiberry Amp+:

multiroom_hifiberry_39

Voilà, nous avons notre boitier audio :D

multiroom_hifiberry_40

On y insère directement les cables audio:

multiroom_hifiberry_41

Tout de suite, on gagne énormément en terme de cablages et perte de qualité (et problèmes en tout genre). Moins il y a d’intermédiaire, mieux c’est.

J’ai donc fait ce montage pour 7 cartes:

  • 6 raspberry B+, qu’on trouve maintenant à 25,90€, comme chez Kubii par exemple
  • 1 Raspberry B 2, qui fera office de serveur Squeezebox, en plus de diffuser de la musique. Sa puissance permettra de gérer tout cela sans problème, je reviendrai sur ce choix un peu plus loin
  • 7 cartes HifiBerry Amp+, qui sont adaptées aussi bien pour les Raspberry B+ que B 2
  • 7 micro SD

Au sujet de ces dernières, j’avais pris des 16Go, pas que j’ai besoin d’autant (8Go suffisent), mais il y avait une offre spéciale sur des Samsung sur Amazon. Au final, j’ai découvert une incompatibilité connue entre ces cartes Samsung et les Raspberry, faisant qu’elles ne démarrent pas tout le temps. J’ai malheureusement eu le problème, et j’ai fini par opter pour des Transcend, qui fonctionnent parfaitement.

multiroom_hifiberry_45

Petit montage en série de tout cela:

multiroom_hifiberry_46

Voilà, le matériel est prêt ;-)

multiroom_hifiberry_47

1.2 Conception d’un boitier rack

7 Raspberry c’est bien, mais même si je gagnais en cables, il en restait encore pas mal, entre les alimentations, les cables ethernet, et les cables des enceintes. J’ai donc réfléchi à une facon de ranger tout ca proprement, et quitte à avoir une imprimante 3D, j’ai donc décidé de me lancer dans la réalisation de mon boitier adapté aux besoins. J’ai donc créé mon modèle dans Google Sketchup, pour ranger 7 Raspberry, mais également un switch ethernet 8 ports:

plan_3D_rack_1

Même si ma BCN3D+ dispose d’un grand plateau, j’ai dû réaliser le boitier en deux fois, soit environ 20h d’impression. Au final, j’ai obtenu ca pour le boitier principal:

multiroom_hifiberry_48

A l’avant seront accessibles le port ethernet des raspberry et les ports Usb, même si ces derniers ne seront pas utilisés ici.

multiroom_hifiberry_49

Les ouvertures sur le côté sont prévues pour le passage des cables audio et de l’alimentation. Les prises HDMI, jack, etc… du raspberry sont cachées, car je n’en ai pas l’utilité.

multiroom_hifiberry_50

L’intérieur est constitué de rebords pour maintenir les Raspberry en place, ce qui permet également à l’air de circuler d’un étage à l’autre. Même si les Raspberry ne chauffent pas tellement, un peu d’air n’est jamais mauvais.

multiroom_hifiberry_51

multiroom_hifiberry_52

Une fois le matériel en place, nous avons donc un rack comme ceci:

multiroom_hifiberry_53

multiroom_hifiberry_54

Propre et bien rangé :D

multiroom_hifiberry_55

1.3 Alimentation

Le but était vraiment de réduire le nombre de cables. Les Raspberry, avec leurs cartes Hifiberry, devant être alimentées en 12V, j’ai opté pour une grosse alimentation régulée 12V 30A de chez Planète Domotique, qui alimentera les 7 RPI:

multiroom_hifiberry_58

On y branche un cordon secteur 220V, et le reste délivrera du 12V. La sortie est stable, parfait pour alimenter notre système audio.

multiroom_hifiberry_59

J’ai ensuite réalisé de petites « pieuvres » avec du fil 1mm2 et des connecteurs rapides pour fil souple. Quatre pieuvres, car je n’ai pas trouvé de connecteurs acceptant au moins 8 fils:

multiroom_hifiberry_56

Pas de bricolage avec des dominos, c’est rapide et ca tient parfaitement.

multiroom_hifiberry_57

Plus qu’à relier ces pieuvres à l’alimentation, ce qui n’occupera finalement que deux des trois connecteurs disponibles:

multiroom_hifiberry_60

 

1.4 Installation dans l’armoire de brassage.

Il ne reste plus qu’à placer tout ca dans l’armoire de brassage, où arrivent tous les cables audio. Raccordement de l’alimentation:

multiroom_hifiberry_61

Raccordement des cables audio:

multiroom_hifiberry_62

Et mise en place dans le rack:

multiroom_hifiberry_63

On raccorde les prises ethernet au switch qui est juste à côté grâce à de petits cordons de 25cm achetés pour l’occasion:

multiroom_hifiberry_64

Et on finit en marquant les Raspberry avec de petites étiquettes faites à la Dymo pour que ce soit propre:

multiroom_hifiberry_65

Voilà l’installation finie dans l’armoire de brassage:

multiroom_hifiberry_66

Cette configuration permet de n’avoir que deux prises électriques à brancher (alimentation 30A + switch ethernet), et un seul cable réseau sur mon routeur (celui du switch, donc). L’utilisation avant de vraies Squeezebox assorties d’ampli me prenaient 14 prises électriques et 7 prises réseau…

Bon, je me suis fait plaisir parce que j’avais la chance d’avoir une imprimante 3D sous la main. Si vous en avez une également, je met les fichiers à disposition ici.

Sinon, il est possible de réaliser d’autres bricolages tout aussi propres, comme ceux que j’ai pu trouver lors de mes recherches:

 

tumblr_mv4monKw8q1so209ao1_1280 final 133c87a5f2c5ef681227bece99110332

 

II. Installation logicielle

J’ai testé différentes suites logicielles pour cette installation, car il fallait en trouver une supportant facilement la carte Hifiberry. J’étais parti au début sur la suite piCorePlayer, très légère, et supportant le matériel:

multiroom_hifiberry_1

Mais finalement je me suis orienté vers Max2Play, qui intègre maintenant Squeezeplug, que je vous avais présenté ici. Plusieurs raisons à cela:

  • une installation ultra simple, il suffit de copier les fichiers sur la micro SD. Pas besoin d’utilitaire pour écrire l’image sur la carte, un simple glisser déposer.
  • une gestion complète via interface web, pas une seule ligne de commande à taper
  • le support de différents plugins pratiques, avec des nouveautés qui sortent assez régulièrement
  • certaines fonctionnalités pré installées comme le plugin Airplay
  • etc…

Seule chose à signaler, l’obligation d’acheter une licence à 9€ pour pouvoir utiliser la carte Hifiberry (ce qui débloque aussi d’autres options du Raspberry). Pas vraiment cher, étant donné que la même licence peut être utilisée sur les 7 raspberry pi.

 

2.1 Installation de la partie commune

Les 7 raspberry pi ont la même base commune. Seuls quelques ajustements seront faits à la fin entre les clients et le serveur.

On commence donc par télécharger Max2Play version Noobs (tout en bas à droite de la page), qui une fois décompressée va nous donner ces fichiers. Il suffit de les copier coller sur notre carte micro SD:

multiroom_hifiberry_2

Il ne reste plus qu’à insérer la micro sd dans le Raspberry pi et à le démarrer (tous les branchements ont été faits précédemment). Pas besoin de brancher un écran, il suffit d’attendre un quart d’heure que l’installation se fasse automatiquement. Au bout d’un quart d’heure, un appareil (ou plusieurs si vous faites tout dans la foulée) devrait apparaitre sur votre réseau. Il suffit de taper l’adresse IP dans votre navigateur pour accéder à l’interface.

reseaurpi

Si vous êtes curieux, si on branche un écran, voici ce qu’on verra:

multiroom_hifiberry_42

Le défilement de l’installation en cours:

multiroom_hifiberry_43

Puis après un redémarrage les informations habituelles au démarrage du Raspberry Pi. Bref, rien  qui ne demande votre intervention, c’est automatique, donc on peut se passer de brancher un écran.

multiroom_hifiberry_44

Quand on saisit l’adresse IP du raspberry dans le navigateur internet, on arrive sur cette page, qui nous présente un peu la solution:

multiroom_hifiberry_3

Plusieurs onglets sont disponibles pour configurer différentes options. L’onglet Audioplayer donne accès aux réglages du client Squeezelite, Airplay (appelé ici Shairport), DLNA, etc…

multiroom_hifiberry_4

On peut sélectionner la sortie audio à utiliser, mais comme on le voit la carte Hifiberry n’est pas proposée, nous n’avons que les sorties habituelles du RPI:

multiroom_hifiberry_5

Il faut en fait acheter une licence sur le site Max2Play, qui donnera accès à l’ensemble des plugins de la solution. A payer une seule fois pour tous les Raspberry, ce qui reste très correct.

multiroom_hifiberry_12

Une fois la licence achetée, il suffit de se rendre dans l’onglet « Settings/Reboot » et d’indiquer l’adresse mail utilisée pour acheter la licence. On peut en profiter aussi pour donner un nom au Raspberry (exemple Salon, Chambre, etc…, c’est le nom qui apparaitra sur le réseau et pour la gestion du multiroom). On peut aussi sélectionner la langue francaise (tous les textes ne sont pas traduits, mais une bonne partie tout de même):

multiroom_hifiberry_6

Tout en bas de la page, on peut indiquer le lien de téléchargement des plugins et les activer:

multiroom_hifiberry_7

On indique donc ici le lien http://shop.max2play.com/media/downloadable/currentversion/raspberrysettings.tar pour installer l’extension qui permettra d’utiliser la carte Hifiberry, puis on clique sur « Install new plugin ».

multiroom_hifiberry_8

L’installation se fait automatiquement:

multiroom_hifiberry_9

Il ne reste plus qu’à activer le plugin « Raspberry Settings » en le sélectionnant, en cliquant sur le bouton « > » pour le passer dans les plugins activés, puis d’enregistrer avec le bouton juste en dessous:

multiroom_hifiberry_10

Un nouvel onglet « Raspberry Settings » apparait. En se rendant dessus, une liste déroulante permet de sélectionner notre carte HifiBerry. Comme on le voit différents modèles sont supportés:

multiroom_hifiberry_11

On peut aussi overclocker le Raspberry si on le souhaite, mais ce ne sera pas nécessaire ici:

multiroom_hifiberry_15

Une fois les réglages enregistrés, il nous est signalé que notre carte Hifiberry ne peut pas être utilisée par plusieurs logiciels simultanés. Autrement dit, elle ne pourra ici pas être utilisée par Squeezelite et Shairport :/ Pas de soucis, nous utiliserons une autre astuce, indiquée d’ailleurs par Max2Play.

multiroom_hifiberry_17

Pour que la carte soit disponible dans Squeezelite, il faut redémarrer le Raspberry Pi. On peut le faire facilement via le bouton « Reboot » dans l’onglet Settings.

multiroom_hifiberry_16

Une fois le Raspberry redémarré, on se rend dans l’onglet Audioplayer, puis « Edit Advanced Options »:
multiroom_hifiberry_18

On sélectionne la carte Hifiberry (celle avec sysdefault fait l’affaire), et dans Alsa Parameter personnellement j’ai modifié en 2000:4:: qui permet d’avoir 2000ms de cache pour éviter toute coupure de son:

multiroom_hifiberry_19

Au passage on peut désactiver le lancement de Shairport au démarrage, puisqu’il ne sera finalement pas utile.

Enfin, une mise à jour Max2Play sera sans doute proposée, cette suite évoluant assez régulièrement. On peut donc lancer la mise à jour, via l’onglet Settings:
multiroom_hifiberry_22

Ces manipulations sont donc à faire pour chaque Raspberry Pi. Les connaisseur pourront faire une copie de la première carte et la dupliquer sur les autres, mais la configuration présentée ici va assez vite à réaliser.

Passons maintenant aux petites spécificités.

 

2.2 Installation du serveur

Ayant un Nas Synology à la maison, on pourrait se demander pourquoi je n’ai pas installé la partie Squeezebox serveur sur le Nas tout simplement. En fait je me suis heurté à un problème durant mes tests pour avoir la compatibilité Airplay.

Sur Max2Play, nous avons Shairport, qui permet d’avoir le Airplay sur le Raspberry. Sauf que la carte Hifiberry ne peut pas être utilisée à la fois par Squeezelite et Shairport (je n’avais en effet aucun son sur ce dernier). Dans ce cas Max2Play indique une astuce, en installant un plugin Airplay directement dans la partie Squeezebox, puisqu’il est possible d’y installer de nombreux plugins. Ainsi comme tout est géré par Squeezelite, celui ci switche automatiquement le son comme il faut. Problème: le plugin en question est un peu compliqué à installer, sur le Synology il nécessitait diverses lignes de codes à exécuter en console. D’une part malgré les tutos je n’ai pas réussi à le faire fonctionner, d’autre part ces modifications du système sont écrasées à chaque mise à jour Synology, il aurait donc fallu refaire la manip à chaque fois. Ce n’est pas le plus pratique :/ C’est pourquoi j’ai finalement décidé d’installer la partie serveur sur un Raspberry Pi, en prenant un RPI 2 pour ne pas avoir de problème de performances (puisqu’il fera office de serveur ainsi que de client pour le séjour). Et là, le plugin s’installe tout seul, puisqu’il est proposé directement par Max2Play :D

Pour installer la partie serveur, on commence donc par aller dans l’onglet Squeezebox Server, on clique sur « Show available Versions » pour récupérer les versions disponibles de LMS (Logitech Media Server), puis on clique sur « Démarrer l’installation de Squeezebox Server »:

multiroom_hifiberry_23

L’installation prend quelques minutes mais se fait automatiquement:

multiroom_hifiberry_24

Veillez bien à cocher « Démarrage automatique Squeezebox Server » pour qu’il se lance automatiquement quand le Raspberry Pi démarre.

multiroom_hifiberry_25

Enfin, tout en bas, sélectionnez le plugin « Shairtunes Plugin » et cliquez sur « Install choosen Plugin ». Le plugin Airplay va s’installer tout seul sur la partie Squeezebox Server ».

Dernière étape: perso ma musique est hébergée sur mon Nas. On va donc ajouter le partage réseau. Pour cela on va sur l’onglet « Système de fichiers monté », et on ajoute un partage réseau comme indiqué dans l’exemple, en renseignant le chemin réseau vers l’endroit où se trouve votre musique, en indiquant ensuite vers quel répertoire du Raspberry ce dossier sera monté, puis en indiquant les identifiants pour pouvoir se connecter à ce partage réseau:

multiroom_squeezebox_6

Si vous n’avez pas de Nas, votre musique peut tout à fait être stockée sur un disque dur externe branché en Usb au Raspberry faisant office de serveur.

Redémarrez ensuite le Raspberry. Une fois redémarré, revenez dans l’onglet Squeezebox Server et cliquez sur le lien « Open Squeezebox Server Webadministration ». Vous accéderez à l’interface de gestion du système Squeezebox. La première fois le système vous demandera d’indiquer où se trouve votre musique, vous indiquerez donc le dossier monté précédemment.

multiroom_squeezebox_8

Rendez vous ensuite dans les paramètres, en cliquant tout en bas à droite. Ensuite, rendez vous dans l’onglet Plugins, et veillez bien à ce que le plugin Shairtunes soit activé pour pouvoir bénéficier de l’Airplay.

multiroom_squeezebox_9

Si vous voulez également profiter de Spotify, décochez le plugin Spotify d’origine, pour activer celui de Triode, qui fonctionne nettement mieux (s’il n’apparait pas cochez en bas « afficher les plugins tiers »). Il faudra en revanche avoir un compte Premium pour pouvoir profiter de Spotify. Les identifiants de votre compte Spotify devront être renseignés en cliquant sur « Paramètres » à côté du nom du plugin.

Ces deux plugins vous permettront d’avoir Airplay sur chacune de vos Squeezebox, ainsi que Spotify :D

C’est fini pour la partie serveur.

 

2.3 Installation du client

On va finaliser l’installation des Raspberry faisant office de clients en installant le plugin SD Card Protection. Ce plugin a pour effet de mettre la carte SD en lecture seule afin de protéger le système de toute mauvaise manipulation ou de coupure de courant (ce qui évitera à la micro sd d’être corrompue).

On retourne donc dans la configuration Max2Play, puis on indique le lien http://shop.max2play.com/media/downloadable/currentversion/sdcardprotection.tar dans la partie ajout de plugin. On clique sur « Install new Plugin ».

multiroom_squeezebox_1

Comme d’habitude, l’installation se fait toute seule.

multiroom_squeezebox_2

Un nouvel onglet apparait « SD Card Protection ». Une fois sur cet onglet, cliquez sur « Install » pour que le plugin soit actif.

multiroom_squeezebox_3

Vous verrez apparaitre le message « Enabled » vous confirmant que la protection est bien active.

multiroom_squeezebox_4

Un message en jaune apparaitra également sur les différents onglets vous rappelant que la protection est active. Si jamais vous avez besoin de modifier un paramétrage, il suffira de revenir sur l’onglet SD Card et activer l’écriture jusqu’au prochain redémarrage.

multiroom_squeezebox_5

Attention: ne surtout pas activer ce plugin sur le Raspberry faisant office de serveur, sinon le serveur Squeezebox ne fonctionnera plus (il faudra désinstaller le plugin SD Card).

 

III. Utilisation du système multiroom

Notre système est maintenant actif et fonctionnel. Pour l’utiliser, plusieurs possibilités. La méthode « facile », que ma femme apprécie le plus: Airplay. Sur l’iPad, par exemple, j’obtiens la liste de mes Squeezebox quand je clique sur Airplay:

multiroom_hifiberry_27

Que ce soit de la musique de sa librairie  iTunes, Spotify, Youtube, etc… tout peut être balancé dans la pièce qu’on veut, il suffit de la sélectionner. Si vous êtes sous Android, pas de soucis, il existe de nombreuses applications permettant d’envoyer de la musique d’Android vers Airplay, comme AllCast ou encore Allstream. La plupart sont payantes, mais aux alentours de 5€, le prix reste raisonnable pour l’utilisation qu’on en fait. N’hésitez pas à me faire un retour sur ces applications, car je n’ai pas testé personnellement.

On peut également gérer la diffusion depuis l’interface web, par la page d’administration Squeezebox Server, accessible via l’adresse IP du Raspberry faisant office de serveur, suivi du port :9000. Là, on peut sélectionner la pièce qu’on veut sonoriser, choisir la musique qu’on veut (locale, web radio, spotify, etc…) et régler le son pour chaque pièce:

squeezeboxserver1

Si on le souhaite il est également possible de synchroniser plusieurs pièces pour avoir le même son:

squeezeboxserver2

Ca fonctionne bien mais l’interface web accuse le poids des années et semble un peu austère.

Il existe également une application Squeezebox pour mobile et tablettes, mais que je n’aime pas trop (pas très sexy ;-). Sur iPad / iPhone, l’application iPeng 8 est beaucoup plus jolie. Payante (8,99€), mais je vous la recommande vivement. On accède facilement à la liste des différentes pièces:

IMG_0663

On peut très facilement les synchroniser entre elles:

IMG_0666

Choix de la musique à travers toutes ses sources, Spotify intégré:

IMG_0669

Possibilité de créer des mix automatiquement selon ses gouts:

IMG_0670

Pendant la lecture, on retrouve la jaquette en cours ainsi que les principaux contrôles. Affichage possible des paroles via un petit plugin dans Squeezebox Server.

IMG_0665

Et on peut même définir un réveil à l’heure qu’on veut, avec montée progressive du volume. C’est le dernier morceau lut qui sera automatiquement joué au réveil.

IMG_0667A noter qu’il existe même un mode « Party »: les invités installent iPeng Party sur leur smartphone et peuvent sélectionner la musique qu’ils veulent écouter, mais sans avoir la main sur l’ordre de lecture ni le volume (c’est vous qui restez maitre là dessus). Sympa ;-)

 

IV. Conclusion

En conclusion, je dois dire que je suis pleinement satisfait de ce système ! Enfin je profite comme il se doit de mon système multiroom ! Dans l’armoire de brassage, c’est relativement bien rangé et compact. Côté consommation, ma prise Fibaro relève une conso totale (pour les 7 pièces, donc) d’environ 25w, ce qui est tout à fait correct pour sonoriser 7 pièces. Nettement moins de cables, et une maintenance facilitée. Seul ombre, l’alimentation qui se révèle bruillante avec son petit ventilo qui tourne tout le temps. Ce n’est pas très grave car elle est dans le garage, mais à signaler en fonction de l’endroit où vous prévoyez de placer le système. Sinon il faudra trouver une alimentation moins bruillante (une alimentation PC avec un grand ventilo 12cm pourrait sans doute également faire l’affaire).

Côté qualité, pas de souffle, pas de bourdonnement quand aucune musique n’est diffusée, même si le volume est à fond. Génial ! Du coup le système est tout le temps allumé, car quand il ne diffuse pas de musique, il peut être utilisé pour faire des annonces vocales du système domotique n’importe où dans la maison (on en reparle dans un prochain article ;-) Quand on diffuse de la musique, la qualité est très correcte (compte tenu de mes hauts parleurs d’entrée de gamme), et le son a la pêche. Certains haut parleurs seront sans doute upgradés plus tard comme pour le salon par exemple, mais pour l’instant la qualité est vraiment très honnête.

L’utilisation, elle, a fait un grand bon en avant. Si ma femme trouve une comptine sympa sur Youtube, par exemple, hop, en 2s elle l’envoie dans la chambre des enfants via Airplay. iPeng est un poil plus compliqué, mais est vite utilisable tout de même. Il me reste à trouver un moyen pour laisser le controle aux enfants sur leurs propres chambres, ainsi pas besoin de chaine hifi ou autre appareil audio dans la chambre ;-)

Enfin, un mot sur le prix, bien sûr. Les haut parleurs et le cablage étaient déjà en place, et les haut parleurs, et leur prix, dépendront de la qualité que vous jugez nécessaire. Difficile donc d’intégrer cela dans le calcul. Pour le reste, cela m’est donc revenu à 26€ pour le Raspberry Pi + 60€ pour la carte Hifiberry + 7€ pour la micro SD, ce qui fait un cout de 93€ par pièce. Il faut ensuite ajouter une licence Max2play à 10€, un switch ethernet 8 ports à 19€, et une alimentation 12V à une quarantaine d’euros. Au total, ici, hors enceintes, le cout se monte donc à environ 720€ pour sonoriser 7 pièces, ce qui est encore moins cher que les Squeezebox de Logitech à l’époque, et bien loin des budgets nécessaires pour des installations à base de Sonos par exemple. Pour avoir un tel niveau d’intégration (avec enceintes dans les plafonds), il aurait en effet fallu recourir au Sonos Connect, qui coute déjà 349€, et y ajouter tout de même un petit ampli pour chaque enceinte, puisqu’il ne permet pas d’y brancher en direct les cables des haut parleurs.

Bref, pour le prix je suis pleinement satisfait de cette installation, qui devrait maintenant rester en place un bon bout de temps.

 

Partager

171 commentaires

  1. Salut et merci pour ton retour.

    Dommage pour moi car mon installation est faite sur domoticz et je n’ai rien trouvé pour envoyer des notifications via la synthèse vocale.
    Comment fonctionne la notification sur jeedom ? via un script ?

    • passé de domoticz a jeedom, en partie pour une simplification de la notif en tts justement.
      Avec le plugin JPI ou le tout nouveau TTS Web Server qui permet (avec une application sur un android) de générer des mp3 automatiquement via l’api google et de la rediriger vers l’appareil recepteur de ton choix (un téléphone, une tablette, une squeezebox etc …)

Laisser une réponse

Ne ratez plus aucune news !

Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

Merci pour votre inscription !