Comment domotiser sa maison ?

8

Même en sachant ce qu’est la domotique, il n’est pas toujours facile de savoir comment domotiser sa maison. Nous allons entrer un peu plus ici dans l’aspect pratique pour bien comprendre comment tout ceci fonctionne.

Sommaire

Nous avons vu ce qu’est la domotique, et ce qu’il était possible de faire avec. Nous allons maintenant voir comment domotiser sa maison, et surtout que ceci n’est pas aussi compliqué que ce que croient beaucoup de gens.

Pour domotiser sa maison et la rendre intelligente, il est bien sûr possible de passer par un professionnel. Pour cela de nombreux installateurs sont référencés sur notre annuaire domotique.

Mais ce n’est pas le but du blog ici : quand je disais que la domotique est aujourd’hui accessible, c’est que chacun peut l’installer lui même chez lui, même avec des notions de bricolage réduites.

Structure d’un système domotique

Pour domotiser sa maison, il faudra mettre en place un système domotique. Un tel système est toujours constitué des mêmes équipements, quelque soit le système et la technologie utilisés :

  • Un cerveau, que ce soit un automate, un ordinateur, ou plus communément aujourd’hui une « box domotique« . C’est lui qui va centraliser toutes les informations de votre maison et déclencher des actions. Je l’appelle le cerveau, car c’est réellement un équipement qui va donner de l’intelligence à votre maison.
  • Les capteurs. Un cerveau sans vue, sans ouie, sans odorat ne sert pas à grand chose. Les capteurs sont des périphériques qui vont donner des sens à votre maison : relever la température, l’humidité, la luminosité, le niveau de CO2, le niveau de bruit, détecter une présence, de la fumée, une fuite de gaz, suivre la consommation électrique des appareils, etc… Grâce à eux la maison saura tout ce qui se passe.
  • Enfin, les actionneurs : savoir ce qui se passe, c’est bien, mais pouvoir réaliser des actions en conséquence, c’est mieux ! Les actionneurs sont donc des périphériques qui vont permettre de piloter des appareils (radiateurs, chaudière, TV, machine à laver…), des lampes, ou encore des automatismes (volets, porte de garage, store banne, etc…).

Le « cerveau », grâce aux informations recueillies par les différents capteurs disséminés à travers la maison, va pouvoir déclencher des actions en conséquence. Par exemple, si aucun détecteur de présence dans la maison ne détecte personne, le « cerveau » pourra demander aux radiateurs de passer en mode éco et aux lampes de s’éteindre.

En pratique, il existe donc différentes solutions pour domotiser sa maison.

Des solutions filaires, qui relient donc le cerveau, ses capteurs, et ses actionneurs, par des câbles à travers toute la maison. Le KNX en est l’exemple le plus connu. Autant dire que cela est difficilement envisageable pour beaucoup de monde, car le passage des câbles dans une habitation existante est une vraie contrainte. Ce type de solution s’adressera plutôt à des constructions neuves ou de grosses rénovations. Oublions donc le côté facile, nous ne partirons pas ici sur ce type de solution.

Heureusement, aujourd’hui il existe de nombreuses solutions sans fil, toutes aussi fiables, mais nettement plus simples à mettre en œuvre. Cela passe le plus souvent par une box domotique, semblable à votre box ADSL, mais qui sera en charge de piloter la maison. Connectée à votre box ADSL, via un câble réseau ou parfois en wifi, elle permettra de piloter votre maison que vous soyez chez vous ou non. Peu gourmande en énergie (souvent moins de 5w) et ne nécessitant aucune maintenance, la box domotique a beaucoup aidé à la démocratisation de la domotique.

La VeraEdge, de Vera Control LTD, est un exemple de box domotique très performante.

La VeraEdge, de Vera Control LTD, est un exemple de box domotique très performante.

Ensuite, des capteurs, sans fil, le plus souvent alimentés par des piles (mais parfois sans, comme le EnOcean), sont placés où vous souhaitez dans la maison pour relever la température, détecter une présence, etc… Leur installation est ainsi très simple.

Exemple d'un détecteur d'ouverture Nodon, fonctionnant sans fil mais également sans piles !

Exemple d’un détecteur d’ouverture Nodon, fonctionnant sans fil mais également sans piles !

Enfin, les actionneurs, qui seront souvent de deux formes : une prise à brancher entre la prise murale et l’appareil à piloter. Facile à installer par n’importe qui.

prisefibaro

Le WallPlug de Fibaro est une prise domotique très esthétique, capable de piloter un appareil et relever sa consommation électrique.

Ou ce qu’on appelle un micro module, à brancher  derrière un interrupteur ou une prise existants, qui permettront alors de piloter l’interrupteur ou la prise électrique, et donc les appareils connectés dessus.

micromodule

Les micro modules Fibaro sont parmi les plus petits. La taille réduite est importante pour une installation plus facile.

Cette dernière solution est, esthétiquement, la meilleure, mais elle nécessitera en revanche quelques connaissances en électricité. Mais rien d’insurmontable, rassurez vous, tant que vous savez reconnaitre la phase, le neutre, et lire un petit schéma électrique de ce genre :

fgd-211_schema_2fils

Exemple de schéma pour « domotiser » une lampe et son interrupteur.

Grâce à ces équipements, la plupart sans fil, l’installation est grandement facilitée. Pour commencer, il est tout à fait possible de démarrer avec une box domotique et des périphériques à brancher simplement dans une prise, qui ne nécessitent aucune compétence technique. Le résultat sera tout aussi fonctionnel.

Vous trouverez sur le blog de nombreux guides permettant d’en apprendre davantage sur la mise en place des systèmes, notamment à travers les sections suivantes:

Nous avons vu que cela n’était pas si compliqué (si vous avez encore des doutes, n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires, j’essaierai d’y répondre de mon mieux). Maintenant, combien coute la domotique ? C’est l’objet de l’article suivant.

Partager

8 commentaires

  1. KNX UserClub FRANCE le

    Ce que vous dites, sur la KNX est en parti vrai mais aussi faux et ne reflète pas la réalité.

    – Il n’y a aucun « cerveau » dans un réseau KNX, chaque composant peut tomber en panne sans impacter son voisin.

    – aujourd’hui le KNX est aussi sans fil.
    – Le KNX regroupe 370 fabricants.
    – Le KNX est malheureusement Loin d’etre le plus connu.
    – Le KNX est le seul Protocol uniformisé et pérenne.
    – une installation KNX est realisé sur un seul et même logiciel.
    – il n’y a aucunement besoin de tablette ou autre terminal pour se servir d’une installation KNX.

    – une installation KNX est en realité, une façon de cabler un batiment de maniere évolutive, qui restera organisé, même si tous les jours quelque chose bouge ou est rajouté. c’est en somme une évolution de l’electricité à papa.

    Le zwave est le concurrent le plus sérieux du KNX, mais reste à milles lieux de celui si.

    La grosse différence est le que KNX est, en effet, installé exclusivement par un professionnel.

    Evidemment, ma réaction est orienté, mais mes propos restent fondés.
    Cordialement

  2. Je rejoins le commentaire précédent du club utilisateur KNX France : les solutions domotiques filaires ne sont pas à mettre de côté en raison de la contrainte de les envisager au cours de l’étape de construction d’une bâtiment ou dans le cadre d’une rénovation. Ces solutions peuvent présenter des avantages indéniables.

    Le web domotique francophone parle peu des solutions domotiques filaires (il n’y a pas que KNX) et c’est regrettable.

    Par contre, je ne rejoins par le commentaire du club utilisateur KNX France à propos d’une installation exclusivement effectuée par un professionnel. Certes, le principe de payer un logiciel un prix plutôt élevé ne le rend que peu accessible aux particuliers mais il me semble contraire à une diffusion large des produits, de communiquer en ce sens. « L’électricien à papa » ne doit pas écarter ces produits par crainte d’en perdre la maîtrise.

  3. Je rejoins les 2 précédents commentaires, tout au moins sur les solutions câblées.

    J’aurais bien voulu aussi que le KNX soit intégré à notre appartement lors de la construction mais le promoteur ne connaissait rien et on ne parle même pas de l’électricien.

    Par contre j’ai réussi à faire intégrer des fourreaux vides pour réaliser un réseau VDI en Cat6A, qui a l’avantage d’être pérenne et fiable comparativement au WiFi.

    Au niveau domotique, j’ai fait mon installation moi-même sur une solution filaire CPL InOne de Legrand et je ne le regrette pas même si la technologie est maintenant obsolète, ça fonctionne bien.

    Car les solutions radios qui sont présentées, la plupart du temps fonctionnent très mal dans les bâtiments dès qu’il faut passer un étage.

    La radio peut s’envisager pour des capteurs difficiles d’accès au câblage mais pas pour les actionneurs.

  4. « Maintenant, combien cela coute t il ?  »
    les yeux de la tête ! ils l’ont dit a la télé. Et en pus si ça tombe en panne je fais comment :D

  5. Je suis entièrement d’accord avec vous, et d’ailleurs, je suis actuellement au tout début de mon projet de construction et j’aimerai intégré le KNX. Seulement, j’ai d’énorme difficulté à chiffré cela.
    Et malheureusement, sur les sites spécialisés, j’ai toujours à faire face au même type de conclusion. C’est bien dommage !

  6. J’abonde aussi vers les solutions filaires. Mon expérience radio a été assez décevante et je ne crois pas qu’il y ait à ce jour de solution sans fil fiable au point de pouvoir décrire comme « domotisée » son habitation. Seul le filaire, KNX, Loxone ou Legrand MyHome méritent cette appellation : connus des professionnels, réactifs, fiables et qui se font oublier.
    Je suis aussi parti sur du KNX suite à plusieurs contrariétés zwave. Il est certes rugueux, vieux, et nécessite qu’on prenne le temps de le comprendre, mais il marche parfaitement. Si on fait construire, que l’on rénove ou qu’on a l’occasion de passer des gaines, il ne faut pas hésiter. Le prix n’est pas non plus si délirant que ça, j’en ai eu pour 3500 euros de materiel (hors pause) et je contrôle 16 prises, 24 éclairage, 6 radiateurs, 8 volets roulants, 32 I/O avec en plus un module logique Loxone pouvant lui aussi contrôler quelques prises et éclairages. J’ai aussi quelques détecteurs de mouvement, capteurs de température et interrupteurs. Mais j’ai du passer du temps à comprendre, choisir, installer et programmer mes modules…. (ce que j’avais aussi fait en zwave).
    Le filaire est difficile à mettre en oeuvre mais rares sont les déçus.

  7. Bonjour BabySpeed, Aujourd’hui les prix du KNX ont véritablement baissé. L’installation est plus rapide et le matériel un peu plus chère. L’un dans l’autre une augmentation de 5 à 15% est à prévoir suivant vos besoins (par rapport à l’électricité traditionnelle)

  8. Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Par contre, après avoir lu cet autre article : https://habiteum.com/domotique-renovation-maison-intelligente/, il me semble que c’est quand même pas si simple de « domotiser » soi-même sa maison ou son appartement. Est-ce que quelqu’un l’a déjà fait sans l’intervention d’un professionnel ? J’ai un projet de rénovation à Paris et je réfléchi à installer de la domotique, notamment pour mes éclairages et l’alarme. Du coup, j’hésite à essayer moi-même ou à l’inclure dans le devis de l’entreprise de rénovation à laquelle je vais confier le chantier.
    Merci !

Laisser une réponse

Ne ratez plus aucune news !

Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

Merci pour votre inscription !