Test de Beem: le kit solaire à installer soi même, pour faire des économies d’électricité !

9

660€ 780€

Acheter au meilleur prix
Test de Beem: le kit solaire à installer soi même, pour faire des économies d’électricité !
Test de Beem: le kit solaire à installer soi même, pour faire des économies d’électricité !
660€ 780€
Facilité d'installation
Kit plutôt joli
Accessible à tout le monde

En ce moment, si vous vous intéressez un peu au photovoltaique, vous avez dû apercevoir de nombreuses publicités autour de kits solaires à installer soi même ? Ce type de kit se multiplie en ce moment. Et la promesse est alléchante: un panneau solaire à poser au sol, une prise électrique à brancher, et en 15min vous voilà en train de produire de l'électricité, qui vient directement en déduction de votre facture d'électricité ! Pas de gros travaux, et pas besoin de faire intervenir un professionnel. Adepte du photovoltaique, je n'ai pas pu résister au test de l'un de ces kits. Et pour l'occasion, j'ai pu tester le kit solaire Beem, conçu par une société française. Comment ça s'installe ? Comment ça fonctionne ? Quelle est la rentabilité ? Nous essaierons de répondre à toutes ces questions…

Présentation du kit solaire Beem

Le kit solaire Beem arrive dans un carton assez compact d'une trentaine de kilos. Compact, du fait que ses 80cm de côtés sont relativement courts compte tenu qu'il embarque des panneaux solaires.

test beem 1

A l'intérieur, nous retrouvons un kit très complet: 4 panneaux photovoltaiques, un câble MC4, 4 supports et leurs vis et chevilles de fixation, un micro onduleur, la “Beembox” dont nous reparlerons plus loin, une notice, et 4 patrons pour le montage.

test beem 10

Les panneaux mesurent 70cm de côté, pour 2,5cm d'épaisseur. Ils sont disponibles avec une face toute noire, ou une face plus décorative, en forme de feuilles, comme ici. Beem a en effet voulu proposer quelque chose d'esthétique, et c'est l'une des choses qui le démarque de la concurrence, qui propose généralement un seul panneau traditionnel.

test beem 2

A l'arrière, on aperçoit la connectique et les fixations:

test beem 3

Côté connectique, c'est du classique, avec des prises MC4 comme on trouve sur tous les panneaux photovoltaiques. Une prise pour le +, l'autre pour le -, impossible de se tromper.

test beem 6

Dans les deux angles supérieurs, on remarquera un angle métallique, qui permettra la fixation sur les supports:

test beem 7

Ainsi qu'un système de béquille permettant d'orienter le panneau à 30°:

test beem 8
test beem 9

Pour les curieux, je vous laisse la fiche technique visible sur le panneau. Nous avons donc 4 panneaux monocristallins de 75w, permettant d'obtenir ainsi jusqu'à 300w, recouverts de verre trempé 3,2mm haute transparence. Ils pèsent chacun 5,6kg, ce qui facilite leur manipulation. Ils sont donnés pour conserver 80% de leur puissance nominale au bout de 25 ans.

test beem 5

Viennent ensuite les supports muraux en forme de “T”. L'option sera à sélectionner lors de l'achat, les panneaux pouvant être fixés au mur, ou simplement posés au sol via un autre type de support fourni.

test beem 14

La barre haute des supports dispose de deux “pinces” dans lesquelles viendront se clipser les panneaux. Un système pratique, breveté par la société:

test beem 15

Deux supports sont également prévus pour venir fixer l'onduleur:

test beem 16

Le bas du support dispose également du même type de pince, afin de bien maintenir le panneau solaire, que ce soit en position “plate” ou orientée à 30°.

test beem 17

Ce boitier gris est le micro onduleur de 300w: son rôle est important, puisque c'est lui qui va recueillir la production des panneaux (de 24 à 50V) pour la convertir en 230V. Il propose un rendement MPPT de 96%, ce qui est excellent. C'est également lui qui va se synchroniser avec la ligne électrique afin que la production des panneaux puisse être consommée par les appareils de la maison.

test beem 11
test beem 12
A gauche se brancheront les panneaux solaires, à droite la sortie vers la Beembox
test beem 13

Après l'onduleur viendra se brancher la BeemBox: c'est elle qui va compter les électrons pour suivre la production des panneaux. Elle dispose également d'une connexion Wifi, qui permettra de consulter les informations de production dans l'application mobile associée.

test beem 18
test beem 19

Comme on le voit tout est fourni: la rallonge MC4 de 2,5m, une pince pour retirer facilement les câbles si besoin, et les vis et chevilles de fixations, adaptées à tout type de support (pierre, béton, brique, parpaing).

test beem 21

Enfin, les patrons pour nous aider à l'installation, qui reprennent le dessin et la taille des panneaux solaires:

test beem 22

Chaque patron viendra s'aligner en suivant les marquages verts. Il suffira ensuite de marquer à l'aide d'un crayon les emplacements à percer, signalés en orange. 3 vis par fixation.

test beem 23

A l'arrière, chaque coin dispose d'un collant double face, afin de fixer les patrons sur le mur où seront fixés les panneaux.

test beem 24

Comme on le voit, tout a été pensé pour nous faciliter l'installation !

Il est d'ailleurs temps de nous mettre au travail…

Installation du kit photovoltaiques Beem

Le kit sélectionné est donc celui qui se fixe au mur. L'autre possibilité (plus simple) aurait été d'opter pour le kit qui se pose simplement au sol. Mais bien entendu, cela occupe un peu de place au sol (2,5m2).

the outdoor terrace features an infinity pool and spacious deck copy2x 1
Exemple d'installation posée au sol

La difficulté est de trouver une place qui soit la mieux exposée au soleil, de préférence vers le sud, afin de profiter le plus longtemps de l'ensoleillement, avec une prise secteur pas trop éloignée (jusqu'à 10m). Ma terrasse est exposée plein sud, mais la façade de la maison étant déjà chargée (fenêtres / porte fenêtre, éclairage, store banne, etc. ), je n'avais pas la place pour les fixer sur le mur de la maison. Sinon cela n'aurait pas été un problème, le design de ces panneaux étant plutôt sympa. Madame n'était pas partante non plus pour une installation au sol, avec la perte de surface sur la terrasse. J'ai donc opté pour la fixation sur le mur d'un bâtiment au fond du jardin, qui est exposé plein sud, sans aucune ombre (après lui c'est une pâture…) et sur lequel j'avais largement la place d'installer un kit. C'est moins joli (le crépi n'est pas encore fait), mais ça fait le travail.

test beem 25

En fonction de la hauteur, il faudra prévoir un escabeau, un niveau, une perceuse, un mètre, et un crayon. On commence par mettre en place les patrons, qui peuvent être alignés comme ici en 4×1, ou en 2X2. Malgré que ce soit ici du parpaing brut, le collant à l'arrière des patrons colle incroyablement bien ! Il a même fallu tirer dessus au moment de les retirer :p On marque les repère de perçage au crayon, et on perce.

test beem 26

3 chevilles, 3 vis, et nous voilà avec le premier support fixé:

test beem 27

On fait ainsi pour les 4 supports. C'est l'opération qui prend le plus de temps, en fonction du support utilisé. Ici avec un mur parpaing il vaut mieux être équipé d'une bonne perceuse voir d'un perforateur.

test beem 28

Nous voilà avec nos 4 supports fixés, de niveau, et centrés sur le mur :)

test beem 29

Sur le support se situant le plus près de la prise où sera branchée l'installation, on vient visser le support de l'onduleur à l'aide des vis papillon:

test beem 30

Puis on vient y fixer l'onduleur, toujours à l'aide de vis papillon:

test beem 31

Il ne reste plus qu'à venir fixer les panneaux solaires:

test beem 32

Ces derniers viennent simplement se clipser sur les pinces supérieures des supports muraux. Ca prend moins de 2min par panneau, c'est vraiment très simple.

test beem 33

Pour la suite, on peut orienter les panneaux à 30° via la béquille à l'arrière, qui vient se clipser sur la pince du bas. Cela facilite les raccordements à effectuer en dessous:

test beem 37

Les panneaux sont à raccorder en série, c'est à dire les uns aux autres. Chaque panneau disposant de deux prises, il suffit de brancher une prise femelle à la prise mâle d'à côté. Impossible de toute façon de se tromper du fait du format MC4 des prises.

test beem 36

La prise restante sur le panneau le plus éloigné de l'onduleur recevra la rallonge de 2,5m de façon à pouvoir venir se raccorder à l'onduleur:

test beem 34
La led clignote immédiatement en vert, informant que les panneaux commencent à produire de l'électricité

Le schéma de raccordement sera peut être plus compréhensible:

raccordement beem 1

Il ne reste plus qu'à raccorder le câble de la BeemBox sur la sortie 230V de l'onduleur:

test beem 35

Le câble entre l'onduleur et la Beembox mesure 10m, ce qui laisse de la marge pour l'installation. Le câble entre la Beembox et la prise électrique ne fait en revanche que 1,5m, il faudra donc pouvoir placer la Beembox près d'une prise secteur. Le boitier étant étanche (IP65), et résistant aux UV, il pourra être placé un peu n'importe où, pour peu qu'une prise secteur soit dans le coin.

test beem 42

Et voilà nos panneaux Beem installés et fonctionnels:

test beem 39

Dans ma configuration, ils resteront pour le moment orientés à 30°, ce qui me permet d'optimiser ma production. Nous verrons à l'hiver s'il faut les redresser, le soleil étant plus bas à cette saison. L'ensemble n'est pas choquant, et reste relativement discret.

test beem 41

Dès maintenant, nos panneaux commencent à produire, et nos appareils les plus proches à consommer cette électricité “gratuite”.

A lire également:
Bouclier Anti Moustiques Thermacell: pour profiter du jardin sans se faire dévorer !

J'ai filmé toute la mise en place: on peut voir qu'en prenant mon temps, j'ai mis moins d'1h pour l'installation de l'ensemble:

L'application mobile Beem

Comme nous sommes à l'ère des objets connectés, ce kit l'est aussi, grâce à une application à installer sur son smartphone ! Qu'on soit sur iOS ou Android, il suffit donc de l'installer et se créer un compte utilisateur.

app beem 1

La première fois, il faudra ajouter notre kit.

app beem 2

Il faudra renseigner le numéro de série visible sur la BeemBox, puis renseigner le type de notre installation: nombre de panneaux, code postal, orientation, et position des panneaux.

app beem 3

L'application se connecte ensuite au réseau Wifi créé par la BeemBox pour la configurer. Il ne reste plus qu'à sélectionner votre réseau Wifi et indiquer son code, pour que la BeemBox puisse se connecter à internet.

app beem 4

Et l'installation est cette fois totalement terminée. L'écran d'accueil nous affichera en live notre production d'électricité depuis le début du mois, et l'équivalence en appareils alimentés (1 mois de recharge de smartphone, 1 mois de box internet, etc.).

app beem 5

Un autre écran permettra d'avoir l'historique par mois, quand un autre écran affichera lui les installations à travers la France, et les kWh solaires produits par la communauté, qui sont autant de kg de CO2 évités.

app beem 6

Une mise à jour récente a ajouté le suivi jour par jour, qui manquait cruellement. Avant cette mise à jour nous n'avions que le cumul depuis le début du mois, sans possibilité de voir si un jour avait été plus fructueux qu'un autre. Nous avons maintenant bien tout le détail:

appbeem 1

Il ne manquerait plus que la possibilité de voir l'évolution sur la journée, via par exemple un petit graphique, où on pourrait bien voir la courbe de production sur la journée. Ca permet de s'assurer que tout va bien et que les panneaux sont correctement orientés. On pourrait imaginer aussi pouvoir renseigner le cout de son kw d'électricité, pour ainsi avoir un équivalent en euro des économies réalisées grâce à Beem. Bref, il y a des petites choses à faire, et la bonne nouvelle c'est que l'équipe derrière Beem répond rapidement et est ouverte aux suggestions. Je sais déjà que l'application doit évoluer dans les prochains mois ;-)

A lire également:
Test des pièges à moustiques Biogents: profitez enfin de votre extérieur sans craindre les piqures !

Petite parenthèse: parmi les évolutions, la mise à disposition d'un petit fichier xml ou json avec les infos de production serait top pour pouvoir remonter ces infos dans un système domotique par exemple ;-)

Beem: comment ça marche ?

Devant tant de simplicité, on est en droit de se demander comment cela fonctionne ? Des panneaux solaires, qu'on branche directement dans une prise électrique ? Brancher une source d'électricité dans une prise déjà alimentée ne risque t il pas de faire disjoncter le compteur ? etc.

En fait, le fonctionnement se base sur deux choses.

Tout d'abord, l'onduleur se synchronise au réseau électrique pour fonctionner (il faudra d'ailleurs posséder un compteur Linky pour pouvoir en profiter). De ce fait, il ne fonctionne pas en cas de coupure de courant (dommage), et il ne peut pas fonctionner sur un site isolé (dommage aussi :p), qui ne serait pas relié au réseau électrique (comme mon terrain au fond des bois par exemple). D'un autre côté, cela permet également de ne pas se faire électrocuter si on touche à la prise de la BeemBox: tant qu'elle n'est pas synchronisée dans une prise secteur, aucun courant ne passe.

Ensuite, le système s'appuie sur une règle simple de la physique: les électrons prennent le chemin le plus court. Comme n'importe quel fluide, si vous pouvez visualiser ça.

En pratique, les panneaux solaires captent les rayons du soleil et transforment les photons en électrons. L'onduleur, synchronisé au réseau électrique, injecte les électrons solaires dans le circuit électrique du logement. Les électrons solaires se diffusent et vont alimenter les appareils électriques les plus proches qui consomment au même moment. Ainsi, pour chaque électron solaire produit et consommé par un appareil de l'habitation, c'est un électron du réseau électrique qui ne passe pas par le compteur, et qui n'est donc pas facturé.

Chez moi, cette installation étant branchée sur une prise de mon atelier, elle alimente sans doute une partie de la pompe de la piscine, du point d'accès Wifi, et de mon serveur de backup, qui sont les appareils les plus proches de la BeemBox :)

Le but n'est pas de produire autant d'électricité que ce qu'on consomme chaque jour, puisque cela nécessiterait une installation beaucoup plus grosse et couteuse. Le but est d'effacer le “talon électrique” de votre logement. Le talon électrique, c'est la consommation d'électricité minimum de votre logement, qui est présente quoiqu'il arrive, même quand personne n'est à la maison. Il correspond à la consommation du frigo, box internet, box domotique, VMC, appareils en veille, etc. Si vous n'allumez aucun appareil spécifique, et que vous jetez un oeil à votre compteur électrique, vous verrez qu'il affiche tout de même une consommation électrique qui arrive facilement aux 300w en général. C'est cette consommation qu'on tente d'effacer avec le kit Beem. Et si votre talon électrique est plus important, il est possible de multiplier les kit Beem (jusqu'à 3 par disjoncteur / ligne électrique).

Et la règlementation dans tout ca ?

Le point fort du kit solaire Beem, c'est qu'il peut être installé n'importe où, sans formalités compliquées. Si les panneaux sont installés au sol ou à moins d'1m80 de haut, aucune déclaration n'est à faire en mairie.

La seule chose à faire sera de déclarer l'installation auprès d'Enedis, la société qui gère le réseau électrique. La déclaration se fait directement en ligne sur https://connect-racco.enedis.fr/prac-internet/login/ , idéalement une semaine avant la pose du kit, mais cela n'a pas vraiment d'incidence, car Enedis n'a pas à intervenir sur quoique ce soit, et il s'agit d'une formalité purement légale. La déclaration prend moins de 10min, d'autant que Beem met à disposition un guide étape par étape qui nous indique exactement ce qu'il faut déclarer.

La grande question: la rentabilité

Forcément, c'est la première question qui a été posée lorsque j'en ai parlé sur les réseaux sociaux: qu'en est il de la rentabilité ? Car le kit Beem coute tout de même 680€ (jusqu'au 1er juillet, où il passera ensuite à 780€). Un prix un peu élevé quand on connait le prix d'un panneau de 300W et d'un onduleur. Mais un panneau et un onduleur ne font pas tout: il y a la technologie de la BeemBox, ainsi que le design, permettant à ces panneaux de devenir des éléments de décoration :p Sans compter le service: même si la documentation est extrêmement claire pour l'installation, l'équipe est à l'écoute pour vous conseiller avant, pendant, et après l'installation, via un canal Whatsapp qui vous est dédié. Un service extrêmement réactif, qui vaut la peine d'être signalé (ne comptez pas avoir un coup de main d'Aliexpress pour les panneaux que vous aurez fait venir de Chine…).

appbeem1 1
Ma production en 17 jours

Pour en revenir à la rentabilité, je suis basé près d'Orléans, et j'ai produit en 17 jours 20,8 kwh, soit une moyenne de 1,22 kwh / jour, donc. Une production très honnête, mais nous avons eu une semaine particulièrement ensoleillée :p Mais nous savons bien que la production solaire n'est pas stable tout au long de l'année, notamment l'hiver, où le soleil est plus bas et les journées plus courtes. Et la production actuelle est sans doute exceptionnelle au vu de la superbe semaine de soleil que nous avons eue. Sur Orléans, les statistiques indiquent qu'il serait possible de miser sur 320kWh à l'année. Au tarif de 0,1853€ le kwh (tarif EDF en heures pleines à ce jour), cela représente une économie de 60€/an.

A lire également:
Test du Jimmy JV85 Pro: un aspirateur balai qui se plie en deux pour vous !

N'oublions pas ensuite l'augmentation du coût de l'électricité chaque année. Nous sommes parmi les pays les moins chers en Europe, mais justement, le prix de l'électricité en France devrait rattraper d'ici 2023 celui de la moyenne des pays européens, aujourd'hui situé autour des 0,21 €/kWh. D'ici 2030, la hausse devrait être au moins de 50 % par rapport à 2020, soit entre 3 et 5 % par an pour atteindre ce but.

De ce fait, si on tient compte d'une augmentation de 3% / an:

  • (2021) l'économie réalisée la première année serait de 60€
  • (2022) deuxième année: 62€
  • (2023) troisième année: 63€
  • (2024) quatrième année: 65€
  • (2025) cinquième année: 67€
  • (2026) sixième année: 69€
  • (2027) septième année: 71€
  • (2028) huitième année: 73€
  • (2029) neuvième année: 76€
  • (2030) dixième année: 78€

Ce qui nous donne un total de 687€, soit l'amortissement du kit au bout de 10 ans. Oui, c'est long. Mais dans le solaire, il ne faut pas compter aujourd'hui sur une rentabilité fulgurante. Tout se joue sur la durée, les panneaux ayant une durée de vie de plus de 20 ans. Dans les contrées plus au sud, où les jours de soleil sont plus nombreux, la production pourra monter à 450kWh / an, ce qui raccourcit la durée d'amortissement à 7/8 ans.

Après, quitte à parler d'investissement, faut il rappeler le pauvre 0,5% du Livret A où la plupart des gens placent leur argent ? A titre de comparaison, un kit Beem est 16 fois plus rentable…

Ensuite, hormis l'aspect pécuniaire, le solaire c'est aussi une conviction. Comme vous le savez je suis équipé de panneaux solaires sur le toit de ma maison depuis 10 ans, avec un contrat de revente à EDF. Et sur mon terrain isolé, sans raccordement au réseau électrique, tout est alimenté grâce à des panneaux solaires. Si je pouvais être totalement autonome grâce au solaire, avec une installation dans mes moyens, je serai le premier à signer, ne serait ce que pour me soustraire à la dépendance d'un réseau externe :p Bref, perso je suis convaincu.

Conclusion

Beem a été pour moi un petit coup de coeur lorsque j'ai découvert l'idée. Bien sûr, en étudiant le sujet, je me suis apercu rapidement que plusieurs sociétés proposaient des kits faciles à poser, dans le même principe que Beem. Mais Beem est le fruit d'une société française (basée à Nantes), avec une équipe vraiment très sympa derrière. Le kit a de plus été bien pensé, avec diverses options de montage au mur ou au sol, une documentation très claire, et un design qui change un peu du reste, et qui permet de faire passer ces panneaux solaires pour un élément de décoration extérieure. Malgré mon choix pour une installation au mur, l'installation a été très simple grâce notamment aux patrons et aux supports fournis, et en moins d'une heure tout fonctionnait (avec le temps de prendre les photos pour l'article). Bref, c'est réellement un kit à la portée de tout le monde.

Bien sûr, cela a un cout, non négligeable, et le retour sur investissement est assez long. Il ne faut pas imaginer faire des économies dès la première année (enfin, vous en ferez sur la facture d'électricité, mais elle ne couvrira pas le cout du kit tout de suite), mais jouer sur la durée. Si je prend mon installation photovoltaique sur le toit, il m'a fallu 10 ans aussi pour l'amortir. Mais pour les dix ans à venir, ma revente à EDF est tout bénéf et vient quasiment payer ma facture d'électricité annuelle. Beem est dans une moindre mesure, avec seulement 300w sur un kit, mais permet de gommer le talon de consommation électrique de la maison. Comme on dit il n'y a pas de petites économies !

Alors faut il investir dans un tel kit ? Il est impossible de deviner l'avenir, et chacun agira en fonction de ses propres convictions. Personnellement je suis convaincu, et je me base simplement sur cette règle en investissement:

Le meilleur moment pour commencer à investir était hier, le deuxième meilleur moment est aujourd’hui, et le pire des moments c’est d’attendre demain.

C'est d'autant plus vrai qu'actuellement le kit Beem bénéficie de 100€ de réduction jusqu'au 1er juillet. Il est ainsi à 680€ au lieu de 780€ sur la boutique officielle. Et vous pouvez profiter en plus d'une réduction de 20€ grâce au code MDBEEM, ce qui ramène le kit à 660€ “seulement”.

Pour ceux qui voudraient l'acheter dans une boutique physique, le kit Beem est disponible également chez Boulanger et Leroy Merlin. Sur ce, je vous donne rendez vous dans 6 mois pour faire le point sur l'installation après 6 mois d'utilisation ;-)

9 Total Score
La possibilité de réduire sa facture électrique grâce au solaire à la portée de tous !

Surpris et dubitatif à la découverte de ce type de kit solaire, je dois dire que c'est une excellente surprise: nous avons en effet un kit solaire très facile à installer, à la portée de tous, et qui permet de commencer à faire des économies d'électricité dès la première heure. Cerise sur le gâteau, le kit Beem est proposé par une société française vraiment très sympa !

Qualité
9.5
Installation
9
Utilisation
10
Prix
7.5
POUR
  • Facilité d'installation
  • Kit plutôt joli
  • Accessible à tout le monde
CONTRE
  • Application mobile un peu succincte

Inscrivez vous à notre newsletter !

Ne ratez plus aucun article, test de produit ou guide, grâce à un mail dans votre boite chaque vendredi !

16 Commentaires
  1. Salut,

    Merci pour cet article.

    Donc les 10 premières années se rembourse le prix d’achat, les 10/15 années suivantes on économise 1000 euros, puis le rendement du panneau devient trop bas ?

    Le jeu en vaut vraiment la chandelle ? Si peu de gain pour un coût écologique non négligeable ?

    • Salut. Oui, il faut compter les 10 premières années pour rentabiliser l’achat (en fonction de où on habite, dans le sud on amortira plus vite). Ensuite c’est tout bénéf. Les fabricants garantissent une certaine production jusqu’à 20 ou 25 ans. Mais cela ne veut pas dire que les panneaux ne fonctionneront plus. Il n’y a rien de mécanique, donc l’usure est minime. Je connais des personnes qui utilisent toujours des panneaux qui ont une quarantaine d’année, et ils produisent toujours (sur de “vieux camping car par exemple). La production est sans doute amoindrie, mais ca fait le boulot. Le seul point faible, c’est l’onduleur, qui ne tiendra surement pas les 20 ans. Mais on trouve de tels onduleurs pour une centaine d’euros, donc ca se remplacera assez facilement si besoin.

      Quant au côté écologique vis à vis des panneaux, je ne suis pas un spécialiste dans le domaine, mais Beem indique sur son site:
      “Les bénéfices environnementaux liés à l’énergie solaire sont démontrés. A titre d’exemple, l’institution américaine NREL (National Renewable Energy Laboratory) estime que des installations solaires résidentielles prévues pour durer 30 ans remboursent leurs coûts énergétiques en 2 à 3 ans.”

  2. Ce que vous appelez talon est le bruit de fond.
    Mais pas le frigo et le congélateur qui n’ont pas un fonctionnement continu mais une consommation dans rapport cyclique. Ne confondez pas valeur moyenne et instantanée sinon bientôt votre consommation nocturne va être fournie par vos panneaux…
    Le panneau photovoltaïque c’est uniquement pour de l’instantané !
    Un peu de rigueur, il y a bien trop de margoulins dans ce domaine…

  3. c’est très à la mode, et Beem fait le forcing chez tous les influenceurs…
    A la longue, je trouve ça fatiguant, d’autant que d’autres acteurs plus “coopératifs” sont moins cher (solarcoop par ex).
    Cet article fait très publi-reportage, dommage que ce ne soit pas mentionné.
    Au delà de ça, je suis d’accord sur plein de choses de cet article, mais pas sur l’aspect publi-reportage non dévoilé :-)

    • C’est SolarCoop qui intègre la réfrigération dans le bruit de fond !
      Quand on confond moyenne cyclique et valeur instantanée : il faut se poser la question du professionnalisme des personnes derrière.
      Vous pouvez faire un business très juteux avec une 1901, les salaires et appointements ne sont pas limités !

      • Pour avoir des éléments de comparaison….
        Un panneau de 300W de dernière génération est à 142€ (port inclus)
        Un micro inverter 600W wifi pour 2 panneaux est à 87€ (port inclus)
        Soit 230€, mais il faut faire les câbles…

        • Bonjour. Auriez vous des liens vers ces équipements ? Ca m’intéresse ! Car on trouve de tout et n’importe quoi dans ce domaine.

        • Pour le PV, cherchez : mono perc cheetah saronic
          Pour un micro inverter, cherchez : GTB-600 wifi
          Pour les attaches, cherchez : K2 système SINGLEHOOK

    • Bonjour,

      De mon côté j’ai vu peu de présentations de Beem comme la mienne, avec montage, etc. peut être sur Youtube ? Mais j’y traine assez peu par manque de temps.
      Quoiqu’il en soit, Beem n’a fait aucun forcing pour moi, c’est moi qui les ai contacté suite à un communiqué de presse que j’ai recu il y a quelques semaines. J’ai beaucoup aimé le principe, du coup je les ai contacté pour savoir s’il était possible d’en faire un test sur le site, car je voulais vous faire profiter de cette découverte. Et apparemment c’était assez exceptionnel, je n’étais pas sûr du tout de réussir à obtenir un kit pour les tests. Bref, non ce n’est pas du publi reportage, donc aucune raison de mettre une telle mention. C’est un test de produit comme je réalise d’habitude.

      Ensuite, oui il existe d’autres solutions (une autre est à venir dès que je l’aurai recue). Perso j’ai beaucoup aimé celle ci, car je l’ai trouvée jolie et bien pensée (le système d’attaches pratique, l’app, etc.). Solarcoop n’est à mon avis pas un très bon exemple pour le côté moins cher, puisque le kit équivalent à 300w est à 688€ (avec Coffret AC avec disjoncteur et prise, qui sont indispensables pour être équivalent à Beem), auxquels il faut tout de même ajouter 126€ de frais de port ! (les frais de port chez Beem sont gratuits / compris dans le prix). Donc à l’heure actuelle Solarcoop n’est pas du tout moins cher, et en plus on n’a qu’une “bête” prise wattmètre pour suivre sa production, contre une connexion Wifi et une app plutot pratique pour Beem.

      Il existe d’autres solutions moins cher, mais de ce que j’ai pu voir, elles étaient moins pratiques / faciles à mettre en place, et s’adressaient plutot à des connaisseurs. Ici un kit comme celui de Beem a l’avantage d’être vraiment à la portée du premier venu, et c’est sans aucun doute ce qui fait sa force.

  4. une chose m’intrigue ou est la limite d’alimentation du kit: si je place le kit sur une prise particulièrement éloigné du compteur, et donc que la plus par des appareils sont plus proche du compteur que du kit, ils vont tirer leur nesoin sur le compteur et pas sur le kit?

  5. Déjà client beem depuis mars 2021 et convaincu, j’ai acheté un second kit pour couvrir ma consommation de veille en journée. Tout ce qui a été écrit dans cet article est vrai. Bravo pour ce test. Du coup vous renvoyez les panneaux ou vous les gardez?

  6. J’ai quand même un doute sur la rentabilité, vu le prix de l’installation. Il faut 10 ans pour le rentabiliser, au mieux!
    La durée de garantie de l’onduleur n’est pas précisée. Une fois la garantie passée, chaque panne de l’onduleur décale la date où l’installation devient rentable.
    En regardant rapidement sur internet, je vois des kit solaire 660W à 610 euros (monkitsolaire).
    Alors c’est vrai que sur monkitsolaire, il n’y a pas d’application de suivi de production.
    Mais si on fait le rapport, cela met l’application web à 300 euros, ce qui me parait exagérément cher et rend la rentabilité non assurée.
    On est d’accord, ce n’est pas une application d’optimisation de la production mais juste une application d’affichage.
    Bref, je ne suis pas preneur de ce kit.

  7. En concurrence à peu près similaire mais sans accroche murale, vous avez eux : https://sunology.eu . Société Française basée aussi à Nantes tout comme beem.

    • C’est le comble du panneau solaire ! Produire plus quand on en a le moins besoin !!!
      Le surplus est donc offert gracieusement à votre fournisseur d’électricité !

      • Bonjour. Soit l’article n’est pas assez clair, soit vous l’avez lu trop rapidement 😓
        Le but de ces panneaux est d’effacer le talon électrique, cette consommation qui persiste dans la maison que vous soyez là ou non. Il n’est donc pas là nécessaire de produire quand on en a besoin, puisque ce talon électrique est là constamment. D’où la puissance “limitée” de ce type d’installation, le but n’étant pas de répondre à la consommation totale d’un logement.

        Mais pour info, quand on est en mode autoconsommation complet (avec une grosse installation, pas ce type de kit, on est d’accord), on change simplement ses habitudes de consommation: au final le soir on n’a pas besoin de tellement d’énergie pour l’éclairage. Mais tout ce qui est machines, chauffe eau, etc. et bien quand on est en auto consommation complète, on fait tourner tout cela la journée, quand l’énergie solaire est là (et si nous on n’est pas là, et bien les machines se programment très bien aujourd’hui pour tourner à l’heure qu’on souhaite).

    • Je viens de regarder le site, aucune explication rationnelle du gain escompté…
      Ils disent que l’on peut en mettre 10 ! Dans ce cas on est perdant.
      J’attends un discours béton quand on parle d’économie, de retour sur investissement !
      Ça produit combien 100Wc un 21 juin sans nuage et le 21 décembre ?
      Il n’y a plus personne…
      Produire juste en dessous de son bruit de fond le 21 juillet en plein Cagna, c’est combien le 21 décembre ? Et l’inverse ?

Laisser un commentaire

Maison et Domotique
Register New Account
Enregistrez vous, et stockez vos articles préférés sur votre compte pour les retrouver n'importe où, n'importe quand !
Reset Password
Compare items
  • Casques Audio (0)
  • Sondes de Piscine Connectées (0)
  • Smartphones (0)
Compare