Test d’une caméra dôme IP

Toujours dans le but d’uniformiser mon installation, j’ai décidé d’abandonner ma solution de caméra analogique reposant sur un boitier Aviosys, que j’avais présenté ici. En effet, les caméras IP ont bien baissé depuis, et leur intégration, que ce soit sur une box domotique, ou dans une application mobile, est beaucoup plus facile.

Pour l’intérieur, j’ai opté pour les petites caméras Tenvis présentées il y a quelques jours. Mais pour l’extérieur, le problème était de trouver une caméra IP avec vision nocturne, discrète, et peu chère. Un vrai challenge quand on cherche des caméras extérieures. Deux solutions revenaient régulièrement, notamment avec les caméras Foscam: la caméra Foscam extérieure, comme le modèle FI8905W, mais dont le design ne me plaisait pas:

ou encore la Foscam motorisée, installée dans un caisson étanche:

Mais là adieu la discrétion, le caisson étant juste … énorme. En plus, certains apprécient de pouvoir diriger la caméra à distance, mais pour ma part, je pense que pendant que la caméra regarde dans une direction, et bien elle ne peut pas voir ce qui se passe à côté. Il suffit donc qu’elle soit mal orientée au moment où quelqu’un passe pour être inutile. Je préfère donc avoir une caméra avec un grand angle, fixe, mais qui ait un grand angle de vue pour tout couvrir en une fois.

A force de chercher, je suis finalement tombé sur le site LightInTheBox, que je connaissais, mais auquel je n’avais pas pensé pour les caméras. J’y ai trouvé un modèle de caméra IP dôme, sans vraie marque, pour 45€, qui correspondait tout à fait à mon besoin. J’en profite donc pour vous la présenter.

I. Présentation

Cette caméra est un clone de Foscam, avec simplement un design modifié. D’ailleurs, à la réception j’ai cru qu’ils s’étaient trompés de modèle, puisque j’ai reçu ce carton:

C’est en fait le même emballage pour les trois caméras de la famille: la motorisée, la caméra extérieure, et le dôme. Une fois déballée, rassuré, il s’agissait bien du modèle commandé:

Bon, au passage, juste un mot pour signaler que la caméra est très bien emballée, comme on peut le voir ici. C’est important, vu que le produit est expédié de Chine, c’est une longue route…

La caméra est fournie avec l’ensemble des accessoires:

On a donc bien sûr la caméra, son alimentation de 5v (au format français), un câble réseau, des chevilles et vis de fixation, un petit manuel en anglais, et un CD d’installation. Difficile de faire mieux !

Nous avons donc là notre caméra dôme: entièrement en plastique, car en fait pas du tout prévue pour être utilisée en extérieur. Mais nous verrons plus loin que sa position ne posera pas de problème pour mon utilisation.

Elle dispose donc d’un objectif 1/4″ CMOS, avec une définition de 640×480 pixels, et un objectif de 6 mm. De chaque côté, on peut distinguer 22 leds infra rouge utilisées pour la vision nocturne (d’une portée d’environ 15m).

Enfin, comme le mentionne l’étiquette sur le devant, cette caméra est wifi.

Mais en plus du wifi, elle peut bien sûr être branchée directement en ethernet:

La connectique est d’ailleurs relativement complète, avec de gauche à droite: un bouton de reset, le connecteur d’alimentation (d’un format encore différent des Tenvis, puisqu’ici en 3,5mm / 1,35mm), un bornier pour la liaison avec une alarme, et enfin la prise ethernet.

Ses dimensions sont très correctes, puisqu’elle mesure 12cm de diamètre pour 8cm de haut seulement.

Cette caméra sera destinée à être fixée à un plafond, ou au pire un mur. Le socle noir en dessous se retire en le faisant simplement pivoter pour une fixation plus facile:

Enfin, côté réglage, le dôme en plastique se démonte lui aussi très facilement en le pivotant, ce qui donne accès à l’objectif:

Deux vis de chaque côté de la caméra permettent de régler l’objectif en hauteur pour l’adapter à son besoin:

Dernier point: en introduction je disais que je cherchais une caméra discrète: le petit ruban rouge tout autour n’y aide pas. Il se retire très facilement, il ne s’agit que d’un petit caoutchouc rouge glissé autour de la caméra:

II. Mise en place

Comme pour les caméras Tenvis, ces caméras, montées à l’extérieur, ne seront connectées qu’à un câble réseau, qui apportera en même temps l’électricité et le réseau informatique. Tout cela arrive dans mon armoire de brassage au garage.

J’ai donc encore une fois utilisé les adaptateurs POE à 5€ de chez Planète Domotique, qui permettent de faire transiter réseau et électricité sur un câble ethernet:

Et encore une fois, j’ai dû trouver des adaptateurs pour l’alimentation, ces adaptateurs POE étant en 5.5mm / 2.1mm, et ma caméra en 3,5mm / 1,35mm. Pas vraiment un problème, on en trouve assez facilement pour moins de 3€:

Enfin, même problème d’alimentation: avec une vingtaine de mètres de câble ethernet entre l’alimentation et la caméra, la tension à l’arrivée n’est plus suffisante pour alimenter correctement ma caméra. J’ai donc eu de nouveau recours à une alimentation universelle de 3A, réglée en 6v au lieu de 5, qui me permet d’alimenter correctement les deux caméras dôme que j’ai installées.

Voici les caméras en situation:

Ces caméras ne sont donc pas étanches et pas prévue pour l’extérieur, comme je le mentionnais précédemment. Mais comme vous le voyez elles sont installées en sous toit, donc abritées de la pluie. Mes caméras précédentes, des analogiques, non prévues non plus pour l’extérieur,  fonctionnaient de cette facon depuis plus de deux ans sans aucun soucis.

Au final, j’ai donc des caméras relativement discrètes, vraiment pas chères, et qui me fournissent une vue suffisante pour mes besoins:

La vision de jour est très correcte, et surtout l’image est très fluide.

La vision nocturne fonctionne plutôt bien, on regrettera juste ce petit cercle qui apparait, dû à une petite réflexion des leds IR sur l’intérieur du dôme.

III. Configuration

Ceux qui sont habitués aux caméras Foscam ne seront pas dépaysés.

La configuration de la caméra se fait via l’interface web intégrée, en tapant simplement l’adresse IP de la caméra. Plusieurs modes sont disponibles, selon si on utilise Internet Explorer, un autre navigateur, un iPhone, etc…

Par défaut, l’utilisateur est « admin », et il n’y a pas de mot de passe.

La version pour Internet explorer nécessitera l’installation d’un ActiveX, qui permettra des fonctions plus poussées, comme l’enregistrement de la vidéo, ou encore la visualisation de plusieurs caméras en même temps (jusqu’à 9):

La version pour les autres navigateurs est un peu plus light, mais permettra tout de même de regarder la vidéo en direct sans problème et de régler la plupart des paramètres de la caméra.

Notons un détail important: l’interface dans un français irréprochable :p

Ensuite, au niveau des options, nous retrouvons des classiques. La gestion des utilisateurs, avec nom, mot de passe, et rôle (administrateur, opérateur, visiteur) qui donnera différents droits d’accès:

Côté réseau, on peut laisser le DHCP affecter une adresse, ou affecter manuellement une adresse IP fixe à la caméra (ce qui est conseillé pour la retrouver plus facilement):

On peut utiliser une connexion Wifi:

Utiliser l’UpnP pour configurer automatiquement les ports nécessaires sur notre routeur pour accéder à la caméra de l’extérieur:

et enfin configurer l’utilisation d’un service DynDNS si on n’est pas en adresse IP fixe chez soi, afin d’obtenir une adresse facile à retenir pour une connexion depuis l’extérieur:

Mais la partie qui nous intéressera le plus est la partie notification et alarme. Cette caméra peut déclencher des actions sur détection de mouvement. On peut donc configurer une notification par mail, envoyée jusqu’à 4 destinataires:

On peut également configurer l’envoi d’images sur un serveur FTP:

Et enfin déterminer dans quel cas utiliser quelle action:

Cette partie est relativement complète:

  • on peut tout d’abord bien sûr activer ou non la détection de présence, et régler sa sensibilité. Comme souvent sur ce type de caméra, la détection se fait par différence avec les images précédentes, il n’y a pas ici de détecteur PIR intégré comme certaines caméras Axis (mais on n’est plus dans la même gamme de prix non plus…)
  • on peut demander l’envoi d’un mail en cas d’alerte
  • on peut envoyer une image sur un FTP distant
  • on peut envoyer une requête HTTP (par exemple une notification Prowl, ou même PushingBox)
  • on peut déterminer l’intervalle entre chaque séquence
  • et enfin on peut aller jusqu’à paramétrer un calendrier très complet pour déterminer les périodes de surveillance

Comme on le voit, cette caméra pourra répondre à la plupart des besoins.

 IV. Intégration avec les autres systèmes

Bien sûr, même si la caméra est autonome et propose déjà de nombreuses fonctions, on aimera tout de même l’intégrer à notre système domotique existant.

J’ai fait différents essais, tous très concluants.

1. Sur la Vera

Avec la Vera, j’ai ajouté une caméra générique, puis j’ai indiqué l’adresse IP, le nom d’utilisateur, le mot de passe, et l’url à utiliser, qui est /videostream.cgi :

On récupère le flux vidéo en live:

2. Sur le Home Center de Fibaro

Sur le Home Center de Fibaro, on demande à ajouter une nouvelle caméra, et on peut sélectionner le modèle Apexis, compatible avec notre caméra.

Il ne reste plus qu’à indiquer l’adresse IP de la caméra, le nom d’utilisateur, et le mot de passe:

Là aussi, on récupère le flux vidéo, très fluide.

3. Sur la box eedomus

Sur l’eedomus, le fonctionnement est un peu différent, puisqu’il faut configurer la caméra pour qu’elle envoie des images sur le FTP eedomus lorsqu’elle détecte un mouvement. J’ai donc ajouté une caméra générique sur l’eedomus:

Il n’y a plus qu’à configurer l’export vers le FTP sur la caméra, en indiquant l’adresse FTP, le nom d’utilisateur et le mot de passe fournis par l’eedomus:

Pour avoir une image régulière, quoiqu’il arrive, j’ai indiqué un intervalle de 900s (toutes les 15min) pour l’envoi d’une image. Toutes les 15min, donc, la caméra envoie une image à l’eedomus.

Ensuite, dans la partie alarme, j’active donc la détection de mouvement, et l’envoi vers le FTP:

L’eedomus recevra donc également une image en cas de détection de présence.

 4. Sur HSTouch

La caméra pourra également être intégrée dans son interface HSTouch, pour une utilisation avec Homeseer.

Il suffira d’insérer une image sur son interface, et d’indiquer l’adresse suivante dans Image Normal URL, en remplacant bien sûr par vos informations:

http://adresse_IP/snapshot.cgi?user=nom_utilisateur&pwd=mot_de_passe

5. Sur iPhone

En plus des accès iPhone des différentes solutions vues ci dessus, et de l’interface propre de la caméra adaptée à l’iPhone, on pourra vouloir accéder à la caméra via une autre application spécialement dédiée. Différentes applications sont sans doute compatibles. Personnellement j’utilise NetcamViewer, payante pour la version gérant plus de deux caméras (4.99€), mais très complète, car elle gère énormément de modèles différents.

Pour cette caméra dôme, j’ai donc configuré l’adresse IP, le nom d’utilisateur, le mot de passe, et j’ai sélectionné le modèle de caméra Trendnet, qui semble compatible avec notre caméra. Quelques secondes plus tard, j’accède à la vidéo en live de ma caméra.

Sur ce logiciel on peut même créer des vues regroupant jusqu’à 4 caméras, très pratique pour voir ce qu’il se passe n’importe où dans la maison d’un seul coup d’oeil.

Note: En plus de pouvoir récupérer le flux vidéo, il sera également possible de la contrôler assez facilement, puisqu’elle répond aux mêmes requêtes HTTP que les caméras Foscam. Par exemple, pour n’activer la détection de mouvement que quand on le souhaite (par exemple quand l’alarme de la maison est activée), il suffira d’appeler cette adresse

http://IP_CAMERA/set_alarm.cgi?motion_armed=1&user=USER&pwd=PASSWORD

 V. Conclusion

Voilà donc un autre modèle de caméra, d’un design différent, avec des fonctions très complètes, une compatibilité avec nos différentes solutions domotiques, pilotable par requêtes http, et tout cela pour un prix très abordable, puisque vendue 45€ sur LightInTheBox. Personnellement j’en ai adopté deux pour remplacer les caméras analogiques que j’utilisais autrefois à l’extérieur.

Avec 17€ de frais de port, cela me fait un cout de revient de 55€ la caméra, ce qui est très intéressant. Attention toutefois, comme toutes les commandes à l’étranger, il peut y avoir des frais de douanes qui s’y ajoutent (comptez 30% environ), et la garantie est plus compliquée à mettre en oeuvre.

Mais pour ma part je ne regrette pas mon achat: un design discret comme je cherchais, des fonctions complètes, une intégration à mon système domotique sans aucun problème, et un prix très attractif, que demander de plus ? C’était là les deux dernières caméras analogiques qu’il me restait à remplacer pour être en tout IP. Je vous ferai une petite présentation globale de mon système de vidéosurveillance très prochainement ;-)


45 Commentaires

      Laisser un commentaire

      Ne ratez plus aucune news !

      Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

      Merci pour votre inscription !