Poêle à bois ou poêle à pellets ?

44

Ce week end, tranquillement installé au coin du feu, je réfléchissais aux possibilités d’intégrer un poêle à bois dans un système domotique.

Comme vous le savez, j’ai installé mon poêle à bois il y a maintenant 3 ans. Un modèle de la marque Nestor Martin coutant normalement 2300€. Depuis trois ans, nous en sommes plutot contents: il chauffe sans problème toute la maison, et le bois de chauffage nous coute environ 250€ pour l’année. De belles économies par rapport au chauffage électrique, donc, avec une chaleur vraiment agréable ! D’autant plus que nous n’utilisons jamais aucun radiateur électrique (excepté le chauffe serviettes de la salle de bain).

 

poele_maison

 

Seulement, deux inconvénients:

  • d’une part, il faut faire rentrer du bois tous les ans, le stocker, et aller le chercher quand on veut le bruler. Puis entretenir le feu pour qu’il ne s’éteigne pas, même si avec les poêles d’aujourd’hui on tient quelques heures avec une bonne buche. L’utilisation des buches compressées résoud une partie du problème: une palette d’un mètre cube équivaut à 4 stères de bois, le stockage est donc plus facile, le bois est bien sec, et la combustion peut durer plus longtemps. Par contre on y perd au niveau des économies financières, ces buches étant plus chères (à comparer au prix du bois selon les régions, en Sologne le bois étant vraiment très abordable).
  • d’autre part, difficile d’automatiser un poêle à bois, puisque c’est un appareil autonome et le plus souvent sans électronique embarqué. Le modèle que j’ai est toutefois un peu plus évolué: il dispose d’une télécommande. On peut grace à elle régler la température qu’on souhaite avoir, et le poêle va automatiquement régler l’entrée d’air pour tenter de réguler la température. Je dis bien « tenter », car c’est loin d’être aussi précis tout de même qu’un chauffage électrique qui se coupe automatiquement quand la température est atteinte.

Avec les contraintes de la RT2012, les constructeurs commencent toutefois à innover. En m’intéressant au sujet, j’ai pu découvrir le site Poelesabois.com, spécialisé dans ce domaine (revendeur de poêles, mais avec surtout une partie blog / news très intéressante qui m’a éclairé sur ces évolutions). On y apprend par exemple que le danois Hwam  a ajouté une partie électrique à sa gamme de poêle sortie cette année: une sonde étudie en temps réel les composés des fumées. Elle adapte alors en conséquence l’arrivée d’air primaire, secondaire et l’air servant au balayage de la vitre. Une fois l’allure optimale trouvée, un thermostat déporté dans une télécommande repère la température de la pièce et adapte l’allure de l’appareil pour atteindre la température désirée par l’utilisateur s’il y a besoin:

 

 

En plus de la régulation automatique, il y a donc un système programmable par télécommande. La sonde repère aussi quand le bois vient à manquer: quand le cycle de combustion optimisée arrive à son terme, un signal est alors envoyé à l’utilisateur pour qu’il recharge l’appareil en bois :D Avec ce procédé, on améliore d’environ 17% le rendement du pôele.

Bon, ca ne résoud pas tout: d’une part cette option coute à elle seule 700€, et ca ne vous donnera pas non plus du chauffage quand vous rentrez de vacances. Au mieux, il sera peut être possible de brancher un module domotique sur un contact sec qui se chargera d’ouvrir ou fermer l’arrivée d’air en fonction de la température. Je dois pouvoir le faire sur le mien, mais j’avoue que l’intérêt me parait limité.

 

Une alternative au pôle à bois est le poêle à pellets. J’avoue qu’il y a trois ans j’hésitais beaucoup vis à vis de cette méthode: une buche de bois, ca reste un arbre coupé en morceaux, et il y en aura toujours. Mais si les usines qui produisent les pellets ferment ? Le poêle pourrait bien devenir un objet de déco encombrant dans le salon, rien de plus. Ca, c’était ma réflexion il y a trois ans. Avec le temps, on se rend compte que l’utilisation du pôle à pellets a pris de l’ampleur: les ventes de poêles à pellets font en effet +50% par an depuis 3 ans (comme par hasard…) .

 

woodpellets

 

Il faut avouer qu’ils ont pour eux de nombreux avantages. Là aussi j’ai appris pas mal de choses sur le site spécialisé Poelepellets.net (même réseau, mais la distinction des deux principes permet de mieux s’y retrouver):

  • les poêles à pellets sont gérés électroniquement, il est donc facile de les relier à des systèmes de gestion intelligents de la température. Les appareils sont thermostatés et programmables (la plupart en tout cas), et certains sont même reliés à des applications mobiles pour une gestion intelligente. On a d’ailleurs pu apercevoir au dernier salon Batimat la société Seguin qui présentait une solution montée en partenariat avec Delta Dore permettant de réguler le chauffage de la maison à distance au travers d’un mobile !
  • autre avantage, en utilisant une centrale à pellets, un système permet d’alimenter automatiquement le poêle en pellets sans avoir rien à faire ! J’ai pu voir il y a quelques temps chez un ami ce type de système: il se fait livrer les pellets dans sa cave, comme on se ferait livrer son fuel, par exemple. Un système de vis sans fin permet ensuite d’emmener automatiquement les pellets au poêle qui se trouve au rez de chaussée juste au dessus. Il n’y a alors rien à faire !

 

systeme-de-chauffage

 

Bon, le système chez mon ami date d’il y a quelques années. Aujourd’hui, on trouve de plus en plus de centrales à pellets utilisées comme chauffage central: la réserve de pellets et le « pôele » sont à la cave ou dans une pièce dédiée, et la centrale chauffe de l’eau qui circule dans les radiateurs de la maison, voire même un ballon d’eau chaude utilisée pour les sanitaires. Bref, un chauffage central « classique », mais utilisant des pellets, donc beaucoup plus économique qu’un chauffage au fuel.

Comme on le voit, on est donc très loin des ancestrales cheminées d’autrefois, il est aujourd’hui possible de bénéficier de la chaleur agréable d’un poêle, de faire des économies, tout en ayant le confort d’un chauffage qui se régule lui même.

Tout n’est pourtant pas si rose concernant le poêle à pellets.

  • d’une part, le cout. Un poêle à pellets coute au minimum 2000€, alors qu’on trouve de nombreux poêles à bois aux alentours de 700€ en grandes surfaces de bricolage. Il faudra également prendre en compte le prix du montage, qui est nettement plus technique qu’un simple poêle à bois (j’ai d’ailleurs installé le mien moi même, mais quand je lis la description des poêles à pellets, j’avoue que je ne m’y aventurerai pas tout seul). Ensuite, les pellets coutent tout de même plus cher que de simples buches de bois, même si leur rendement est meilleur
  • d’autre part, l’adoption des poêles à pellets a visiblement été beaucoup plus rapide que la formation des chauffagistes en France, si bien que la réparation n’est pas toujours aisée. Et avec son fonctionnement mécanisé et sa gestion électronique du pilotage, le poêle à pellets est plus facilement sujet à des pannes éventuelles et sa durée de vie sera forcément plus réduite que son concurrent.

Du coup, le choix n’est toujours pas évident entre les deux. Pour ceux qui recherchent purement les économies, je pense que le poêle à bois reste la meilleure solution.

Pour ma part, en terme d’économies, je ne regrette vraiment pas mon choix, d’autant plus avec le prix du bois en Sologne (en région parisienne mon discours serait peut être différent…). Certes il y a la petite contrainte du bois, mais ca fait un peu d’exercice et la chaleur et la vue d’un bon feu de bois sont agréables. Le seul vrai point noir à mon avis est la maison « froide » quand on rentre de week end ou de vacances. Il faudrait que je domotise quelques radiateurs d’appoint pour les déclencher avant notre retour.

Pour ceux qui veulent conserver un confort « optimal », quitte à sacrifier quelques économies, le poêle à pellets sera par contre un meilleur choix. Il restera toujours plus économique que les autres moyens de chauffage (électricité, gaz, fuel), tout en évitant certaines contraintes du poêle à bois. Quant à ceux qui font construire, avec les nouvelles contraintes de la RT2012, le poêle à pellets risque de s’imposer de lui même.

 

Ayant moi même un poêle à bois, je serai intéressé par vos retours au sujet des poêles à pellets, si certains d’entre vous en sont équipés ?

44 commentaires

  1. Jean-Charles Montigny on

    J’ai fait le choix du poêle à granulé depuis plusieurs années (5 ans déjà) et j’en suis très content. Il est domotisé aujourd’hui via mon eedomus, ce qui m’offre plus de souplesse que l’utilisation du programmateur intégré (dérogation de programmation et allumage impromptu à distance…). Je suis vraiment content de ce système et je ferai à nouveau ce choix aujourd’hui. D’ailleurs une bonne partie de ma famille s’est également équipée, ce qui permet d’acheter les granulés en grosse quantité. Seul bémol, le prix des granulés en constante hausse… Ca commence à faire peur…

  2. En ce qui me concerne, j’ai fait l’acquisition d’un poêle â granulés au mois d’octobre et malgré le coût total de l’installation (6800 €, mais sur lequel il faut déduire 1000 € de subvention et 1400 € de crédit d’impôt pour reprise de mon insert et 100 de vente de l’habillage de ma cheminée), j’en suis ravi. Ma longère restaurée fait un peu plus de 120m2 et je n’avais pas pour objectif de chauffer l’intégralité de la maison, mais au moins les pièces de vie (cuisine de 38 m2, salon de 26 m2, mezzanine de 26m2 au dessus du salon, la chaleur monte par l’escalier qui est dans le salon), j’imagine que si tu arrives à chauffer correctement ton habitat avec un poêle à bois, la répartition de la chaleur se fera à l’identique.

    au niveau des granules, je les ai trouvé à 3km de chez moi (habitant pourtant dans la campagne), chaque sac m’a couté 4.30 euros non livrés.

    enfin globalement j’en suis content,

    sinon pour la technique, mon poele peut être programmé avec 2 plages horaires par jour,il peut commandé avec une option téléphone mobile (que je n’ai pas prise), mais possède aussi un contact sec qui permet de le déclencher à l’aide d’un thermostat externe)

    restant dispo pour tout complément d’information.

  3. Super intéressant, ca ! Peux tu nous en dire un peu plus sur la facon dont tu as procédé pour le domotiser ? Est ce un simple contact sec, qui permet de faire on / off en fonction d’un scénario sur l’eedomus, ou as tu la possibilité d’avoir des ordres plus « étendus » ?

  4. Bonjour

    J’ai moi aussi entièrement domotisé mon poêle à pellet, allumage/extinction et réglage des températures désirées sur ma zibase et donc iPhone également. En plus d’un apport de confort on retrouve vite son investissement.

    Si je peux vous aider et vous détailler mon installation ca sera avec plaisir.

  5. Merci d’avoir mentionne les sites qu’on edite, ce n’est pas si fréquent
    et pour ceux qui hesitent entre ces 2 types de combustibles, buches ou granulés, on a mis en ligne un petit sondage qui doit donner de bonnes pistes (je me permets de mettre le lien https://www.poelesabois.com/se-faire-aider/quel-appareil-vous-convient.php ).

    Globalement le secteur et les produits evoluent vite, que ce soit en terme de performances , de deco mais aussi de services notamment autour de la domotique voir les produits seguin et delta dore, Rika Como , MCZ flair…

    Ne pas oublier les chaudieres à granulés qui peuvent etre associées a d’autres sources de chaleur, comme le photovoltaique (ex. chaudieres okofen) avec des systemes particulièrement performants et intelligents (plus chers aussi faut dire).

  6. Je serai intéressé en effet par un peu plus de détails. D’ailleurs, serais tu intéressé pour nous rédiger une petite description avec quelques photos, que je pourrai publier sur le blog ? Je suis sûr que ca intéresserait pas mal de monde !

  7. Non, un poêle à pellet est allumé électroniquement donc pas d’électricité = pas de chauffage. Néanmoins, dans mon cas, il y a plus souvent d’électricité chez moi que de personne pour amener les bûches :-)
    Poêle à Granule + ZiBASE + FGS-211 (on/off sur thermostat externe) + Station Orégon = Thermostat très convainquant, mais attention, un poêle à pellet met longtemps à démarrer et s’arrêter.

  8. Jean-Charles Montigny on

    J’ai rédigé un tuto pour partager mon retour d’expérience et aider ceux qui voudraient se lancer car j’ai pas mal galéré à l’époque

    http://forum.eedomus.com/viewtopic.php?f=12&t=1262

    Il est également possible de gérer l’asservissement via un deuxième contact, à savoir mettre le poêle au ralenti lorsqu’une température est atteinte.
    Je tiens à apporter une précision sur le prix des granulés: il y a 5 ans on les touchait à 3.60€ le sac, et aujourd’hui à 4.30€ environ, soit 20% d’augmentation, c’est malheureusement à prendre en compte même si c’est toujours rentable (jusque quand??)
    Pour le problème de coupure électrique, c’est un vrai problème. Même si ce phénomène est assez rare chez moi, ayant un enfant en bas âge, je compte investir dans un petit groupe électrogène qui permettra également d’avoir la lumière et les frigos alimentés en cas de coupure persistante. Pour 200€, ça ne fait pas grimper énormément le dossier.

  9. C’est marrant j’ai le même poele que celui sur la photo en homepage (stuv compact in) j’en suis super content mais c’est vrai qu’il n’ai pas domotisable. A refaire je pense que maintenant je regarderais plus attentivement les pellets. Mais pour l’instant je n’ai pas trouvé de modèles qui sont encastrable (j’ai bien dis poele pas insert).
    L’avantage du Stuv c’est que c’est un poele mais encastrable (super esthétique car on vois pas derrière et surtout plus facile pour le ménage).
    Si qq’un connais un poele a pellet encastrable étanche (RT2012 ou maison passive) suis preneur :)

  10. Julien RideZeBigOne on

    Bonjour,

    J’ai également un poêle à granulés depuis 4 ans et domotisé depuis 3 ans.

    J’avais d’abord essayé de hacker l’interface sur laquelle on pouvait brancher un modem GSM+sonde pour le piloter mais n’y étant pas arrivé, j’ai ‘bêtement’ hacker les boutons de l’interface.

    Ainsi, j’ai un thermostat intégré à la domotique : je peux planifier les heures de démarrage et régler la température de consigne en agissant sur la puissance de chauffe du poêle. Avec le bon algo, ça réguler trés bien :-)

    Intégré à la domotique, je profite de l’accès à distance pour planifier le retour de vacances (depuis smartphone ou PC, tout est basé sur un interface web).

    Maintenant, le plus contraignant c’est de toujours penser à vérifier que le réservoir est plein, sinon pour le reste , la gestion du poêle se fait presque oublier!

    quelques infos ici:

    http://minbiocabanon.free.fr/index.php?category/Domotique/Thermostat-po%C3%AAle-%C3%A0-granul%C3%A9s

    http://www.touteladomotique.com/forum/viewtopic.php?f=9&t=4828

  11. Je chauffe ma maison depuis 2 ans avec un poêle à granulés (http://splashurl.com/ktkchzw) et j’en suis également très satisfait. Il est sans soufflerie donc quasi aucun bruits sauf au démarrage on entend légèrement l’extracteur de fumée.

    Il est plus cher que les autres mais j’ai fait ce choix parce qu’il est placé entre le salon et la salle à manger et je n’avais pas envie de supporter le bruit de la soufflerie quand je regarde un film :). Ensuite La marque Rika parce qu’il sont autrichiens donc je pense qu’ils en connaissent un rayon en système de chauffage et que la société existe depuis plus de 50 ans. Enfin le design est sympa (goût personnel).

    Il est domotisable sans problème. J’ai branché un Fibaro FGS-221 à la place de la commande externe (contact thermostat), la température est mesurée par un FGBS-001 avec un sonde 1-wire. La gestion du chauffage est assuré par ma zipabox (bientôt Lifedomus :) ).

    Pour mon cas la consommation de pellets s’est élevée à 45 sacs pour une maison BBC, 120m² de chauffe avec le poêle dans le nord est (près de Metz). J’ai précisé la conso en sacs parcs qu’il est vrai que le prix des sacs augmentent chaque année. Mais tu trouveras certainement quelqu’un pour en commander en même temps que toi pour faire baisser les prix. Perso je les commande vers juillet/août chez moi ils augmentent vers mi-août.
    J’ai essayé plusieurs marque de pellets et les meilleurs étaient des pellets certifiés DIN plus. C’est important parce ce certificat t’assures de la qualité des pellets en terme de dimensions (certains peuvent bloquer la vis d’alimentation), taux de cendres, dégagement de CO2… Et de ce fait tu sera pas obligé d’adapter les réglages du poêle. Parce que mauvaise qualités des pellets = mauvaise combustion = taux de cendre + important = encrassement plus important du pôele = baisse du rendement = baisse du pouvoir calorifique.

    Pour finir:
    3/4 STERE BOIS = 220 KG GRANULES/PELLETS = 100 LITRES FIOUL = 1.000 kWh de chaleur

    Bon voila, j’espère avoir éclairé ta lanterne, n’hésites pas si t’as une question ;)

  12. Bonjour,
    j’ai acheté il y a trois ans une villa, avec son chauffage central à mazout.
    Comme
    il n’est pas automatisé j’ai mis sur le circulateur un interrupteur qui
    est piloté par mon serveur domotique en fonction de la température.
    Je peut changer la température voulue à distance et l’enclencher ou l’arrêter.

    Au salon il y a une cheminée ouverte, j’ai mis un insert à bois dedans et avec j’arrive à chauffer toute la maison.

    Actuellement
    je maintient une température de 19c avec le central et quand je fait du
    feu le central s’arrête de chauffer (en ce moment il fait 22c).

    Pour la domotique c’est une debian avec des scripts en python et en bash fait maison (ça repose sur du xpl).
    Pour la liaison radio j’utilise en rfxlan xpl

    Autrement pour l’anecdote j’ai rentré aujourd’hui 5 stères de bois ;-).

  13. L’idée de base est simple. Il faut un poêle à pellet qui possède des entrées de commande extérieure. Dans mon cas, un MCZ musa hydro.
    D’abord on place un FIBARO fgs221, contact sec, sur la prise On/Off du poêle.
    Il nous servira logiquement à intervenir sur les phases de fonctionnement du pellet.
    Ensuite j’ai utilisé le thermostat ZWAVE type Horstmann/Secure SRT321 avec son actionneur de chaudière Horstmann/Secure ASR-ZW.
    L’actionneur est dans mon cas branché sur l’entrée du thermostat extérieur du poêle.
    Ensuite on se sert des nombreux tutos disponibles pour mettre en place

  14. Le thermostat et le scénario de chauffage sur la Zibase.

    La seule finesse est de discréminer la valeur du bit 0 du thermostat, selon sa valeur j’actionne ou non le module sec.

    La finalité:

    Lorsque « je suis en mode nuit », mon poêle est éteint grâce au contact sec. L’actionneur n’intervient pas.
    En mode jour, le poêle est allumé, l’actionneur fait alors varier la puissance de chauffe en fonction de la température demandée.
    Si je programme une phase jour de 6h à 10h, mon poêle sera allumé de 6h à 10h.
    Il chauffera fort au début et une fois la température désirée atteinte il réduira la flamme jusqu’au minimum. Sans pour autant éteindre le pellet.

  15. J’ai aussi fait le choix du poêle à granulés il y a 5 ans.

    Vivant avant en appartement avec un chauffage piloté (pas de domotique, juste des chronocartes), je voulais retrouver la simplicité de programmation d’un chauffage dans une maison (chaud le matin au réveil :-) ). Et comme avant il y avait une cheminée, impossible de mettre en route avant de se lever. J’ai donc viré l’ancienne cheminée de la maison pour y mettre un poêle en chauffage principal. J’ai d’ailleurs viré tous les radiateurs radiants.

    Le poêle est un 11kW, Caminetti Montegrappa (programmation journalière par plages, sur 1 semaine) avec ventilation canalisée : une sortie classique devant et 2 à l’arrière pour diriger le flux d’air où l’on veut. Petit inconvénient, le bruit. Le poêle est à un minimum de 65dB en fonctionnement, et on est content quand il s’arrête… Point à ne pas négliger !

    C’est seulement depuis 1 mois que j’ai mis une prise Everspring AN158-6 (ON/OFF + mesure d’énergie). D’une part cela me permet de connaître la conso électrique du poêle, d’autre part de le mettre en OFF et de la rallumer à un retour de vacances, comme celles de ce noël.

    Sachant que lorsque j’éteins le poêle (bouton marche/arrêt physique) puis le rallume, la mise en route le bascule en marche forcée tout en se gardant le mode automatique pour la programmation.
    Pas de programmation de la prise Everspring, juste une utilisation ON/OFF lorsque l’on s’absente plusieurs jours. Ne pas oublier de remplir la réserve de granulés avant !

    Je n’avais pas pensé by-passer le système de programmation du poêle avant de lire tous les commentaires, et je vais regarder dans le manuel si j’ai possibilité de le faire. Je ne sais pas ce que cela pourrait m’apporter à part une simplicité dans la programmation (qui est un peu tarabiscotée je dois dire).

    En terme de coût, c’est 520€/an (soit 2 tonnes +/- quelques kilos, tout dépend du temps dehors). Je chauffe le rdc et 1er étage (avec portes ouvertes), maison basée à Strasbourg.

  16. Le prix du Fuell a lui aussi augmenté en 5 ans d’au moins 20 centimes donc il est normal que les granulés augmentent aussi.
    Pour ma part j’ai opté pour les granulés à cause de leur circuit court de production et le prix.
    J’ai une chaudière 14kw avec un chauffage au sol pour 120m² en région parisienne, j’ai hésité entre ça et une pompe à chaleur et je ne regrette pas, ça fonctionne vraiment bien.
    Pour l’instant j’ai des sacs mais il faut que je me fasse un silo pour passé en vrac car c’est encore moins cher.

  17. Un petit retour d’expérience issu de la confrontation avec pas mal de systèmes différents ces dernières années (différentes maisons, famille…):

    – l’insert reste je trouve le truc qui apporte le plus le côté agréable et sympa de la flamme.
    Je trouve aussi que c’est le plus facile à gérer : grosses buches donc bonne autonomie (tu te fais un top-down avec 6/7 buches tu es tranquille un moment), facilité d’installation de systèmes de récupération/répartition de chaleur… par contre forcément c’est des grosses puissances, des rendements souvent moins bons que les poêles… donc ça devient de moins en moins adapté aux maisons modernes. Un insert de 12kw dans une maison RT2012 on oublie :-)

    – Après le poêle à bois est quand même très bien, mais la répartition de chaleur est plus complexe (avec une vmc double flux ça aide, sinon on peut utiliser un système prévu pour les inserts et se faire une aspiration au plafond à côté du tube du poêle et insufflation dans les chambres : j’ai testé , ça marche.) et il y a bien sûr tous les soucis lié au bois : autonomie limitée, saleté…

    – Par contre sur l’aspect « pôele à pellets » j’avoue être mitigé, je trouve que c’est un excellent produit, mais qui a un peu le c*l entre deux chaises. Je m’explique.
    Rendement important, propreté, programmation, ça c’est génial… mais on a au passage les 2 gros inconvénients dont on parle souvent : ça n’a pas le côté sympa de la cheminée et c’est bruyant si on veut que ça chauffe une maison (soufflerie). Le fonctionnement intrinsèque fait aussi que ça se prête bien plus à une utilisation du type « ça chauffe très fort pendant une heure puis on l’arrête ». Les oreilles sont contentes aussi de ce fonctionnement limité :-) mais ça n’a rien du côté agréable du feu de cheminée : t’as pas vraiment envie de venir bouquiner près du poêle à pellets !
    Bref ça nous amène bien plus au concept de chaudière que de poêle.
    Du coup une chaudière à granulés, dans le garage ou la cave, avec un système de ballon d’eau et un plancher chauffant ou des radiateurs me parait bien plus pertinent pour l’aspect « chauffage » pur. En plus on peut avoir des systèmes de silos pour du stockage en vraie masse (pas devoir remettre des sacs tous les 2 jours). Le problème du bruit disparait au passage (hors de la pièce de vie + pas de soufflerie)… mais pour l’aspect « feu de bois » on oublie !

    A l’heure actuelle j’aurai tendance à privilégier une installation double : chaudière à pellet dans la cave + poêle à bois dans la pièce de vie. On peut coupler les deux sur le principe suivant :

    – quand on a envie du côté sympa du feu et/ou d’économies financières sur le combustible (parce qu’on a le temps de s’en occuper) on utilise le poêle à bois. Pratique aussi en cas de coupure de courant.
    – quand on n’a pas envie de se prendre la tête, ou pour chauffer mieux les chambres ou… on se base sur la chaudière à pellet (qui tourne par exemple 1h par jour pour qu’il fasse bon dans la maison au réveil).

    Alors forcément, financièrement c’est lourd… (prix du matos, de l’installation, du système de chauffage central, …) et du coup à l’heure actuelle je ne pense pas que ça soit vraiment rentable sur la durée de vie de la chaudière (ne pas oublier les coûts d’entretien, l’augmentation probable du pellet, la conso électrique…)

    Bref un système poêle à bois + répartition d’air chaud + convecteurs électriques à 2 balles (un watt est un watt) pour combler les quelques moments où on ne peut pas gérer le poêle ça me parait pas délirant. Tout dépend bien sûr de son temps de dispo pour gérer le poêle et de l’isolation de sa maison mais à l’heure actuelle (confort/prix) je ne suis pas super convaincu des systèmes plus évolués.

    Alors ne vous y trompez pas, ça me chagrine moi aussi de constater que dans la majeure partie des cas les solutions intelligentes ne sont pas rentables financièrement. Je n’ai aucun plaisir à constater que c’est actuellement encore bien souvent intéressant de passer par le chauffage électrique. Heureusement que certains sautent le pas de l’installation « complexe » pour les démocratiser, les rendre plus accessibles, mais j’avoue que pour ma part (en location actuellement) je me rends compte qu’on a plus (+) intérêt à plancher sur une excellente isolation + des systèmes simples que de chercher des trucs hyper compliqués, qui coûtent un bras, dont la durée de vie risque d’être limitée par des problèmes de fiabilité d’électronique, de fabriquant qui n’a plus de pièces ou qui a carrément disparu…. Je trouve qu’il ne faut pas perdre de vue que la domotique est là pour assister, simplifier au quotidien mais pas pour rendre un système totalement inopérant à la moindre défaillance électronique. Le poêle à bois fonctionne sans électricité, un poêle à pellets/une chaudière (quelle qu’elle soit) ne démarrent pas au moindre souci électronique et bien évidemment également en cas de coupure d’électricité.

    Pour ma future maison je rêve d’un système totalement hybride : panneaux solaires thermiques + chaudière à pellets + poêle à bois « bouilleur » (circuit d’eau qui passe dedans) + stockage pour l’eau chaude sanitaire + circuit d’eau « plancher chauffant », le tout qui peut fonctionner sans électricité si besoin (poêle à bois + thermosyphon) + pilotage par domotique pour le quotidien… mais ça ne sera probablement jamais rentable par rapport à 50cm d’isolant partout + une orientation plein sud + quelques radiateurs électriques. C’est aussi « l’avantage » de la RT2012, c’est qu’au final tu réduis tellement tes besoins de chauffage que n’importe quelle solution « intelligente » devient quasiment impossible à rentabiliser. C’est une période compliquée pour le chauffage je trouve… ça se simplifiera probablement avec la démocratisation de la maison passive, mais il faudra aussi du coup accepter de laisser tomber le « feu de cheminée » (à moins de mettre la cheminée dehors :)))

    my 2 cents.

    Olivier

  18. Bonjour,

    Pour ma part je n’ai pas encore de poêle à pellets mais je me renseigne sur les modèles « hydro » car je compte le brancher sur les radiateurs de la chaudière au Gaz (grosse citerne qui coûte un bras) dans ma nouvelle maison de campagne (150 m2).

    L’idée est de garder la chaudière au Gaz active en semaine pendant mon absence en maintenant un petit 12°, en en week-end pour la gazinière et eau chaude sanitaire.

    Et en arrivant le week-end je bascule sur le poèle (programmé à distance 2 ou 3 heures avant d’arriver), mais en diffusant sa chaleur via le circuit d’eau des radiateurs grâce à un système de vannes qui basculeront entre Chaudière et Poèle.

    Sachant que la chaudière sera réglée à 12° elle ne démarrera jamais en chauffage quand le poèle est actif, puis quand le poèle s’éteint, les vannes rebasculent sur la chaudière qui prendra le relais dès que la maison sera descendue de nouveau à 12°.

    Je travaille actuellement à un petit système de suivi de conso de Gaz à brancher sur toutes les chaudière standards (sans intervention particulière si ce n’est de placer une sonde de T° sur la sortie eau radiateurs et une pince ampèremétrique sur l’arrivée électrique).

    Pour l’instant j’essaie de me rendre compte de l’utilisation du gaz en lisant les courbes de chauffage et il est très intéressant d’y voir combien de temps il faut pour gagner 2° (presque 30 minutes à 5° extérieur), combien dure un cycle complet pour maintenir 17° par exemple (2 heures dont 30 mins de chauffage à 5° extérieur), les 30 mins pour 2° sont même respectées quand je passe de 12° à 17° au début du week-end.

    Pour une journée en semaine à 5° extérieur pour garder 12° intérieur j’ai 2H30 de chauffage totale sur 24H.

    J’y vois aussi l’allongement du cycle quand les murs ont commencé à absorber la chaleur, la durée qu’il faut à la maison pour descendre à 12° le dimanche soir (environ 24H à 5° extérieur), etc…

    Y compris quand le gars vient réviser la chaudière et fait une connerie dans ses réglages internes en se plantant dans le réglage de la puissance max comme démontré sur cette exemple :

    https://pbs.twimg.com/media/BcKPzmqCMAAEom_.png:large

    L’idée finale est ensuite d’avoir un outil capable de calculer le coût et la consommation de gaz.

    De plus ayant une sonde de T° dans chaque pièce, je ferme toutes les portes en partant et je vois quelles sont les pièces qui perdent le plus vite en T° et donc… lesquelles il va falloir isoler en premier ;-)

    Voilà.

  19. Il y a d’autres éléments à prendre en compte
    1) Le prix du pelet grimpe et varie en fonction de la saison. Il peut être intéressant de commander en été.. comme le fuel.

    2)
    Le bruit, le poêle à pellet utilise un système de trémie avec en
    général une vis sans fin. Cette mécanique produit en général un peu de
    bruit (voir bcp sur les poêles de mauvaise facture). Il est donc
    important de bien étudier ce point avant l’achat. Cela peut avoir un
    impact fort sur l’implantation du dispositif. (par exemple, pour le
    remplacement d’un insert placé entre la TV, et le canapé).

    3) La
    pollution, les poêles à bois classiques sont calibrés pour une
    utilisation, jouer sur les arrivés d’air, consiste à abaisser le
    rendement. Cela entraine une combustion plus lente, et par conséquent un
    production plus forte de polluant. (CO2 etc ..). Même dans le cas d’une
    combustion parfaite, les poêles / cheminées sont des polluants, cela
    peut paraitre anodin, mais dans certains pays ou le bois est le moyen de
    chauffage le plus utilisé on constate des problèmes. Certains
    gouvernements envisagent donc d’interdire ce type de chauffage dans
    certaines régions (interdiction complète à Montréal à partir de 2020 par
    ex). Nous n’en sommes clairement pas ici en France, mais il faut
    envisager une éventuelle taxation carbone sur ce type de chauffage à
    l’avenir. Bien entendu, cette éventuelle taxe sera plus facile a
    appliquer sur les pellets industriels que sur le bois facilement
    disponible de la main à main.

  20. Bonjour,
    J’ai un MCZ Flat depuis quelques mois; c’est mon principal mode de chauffage pour ma maison individuelle de 180m2. J’en suis très content maintenant même si j’ai du m’habituer à le laisser tourner tout le temps l’hiver : si la maison est trop froide, il lui faut trop longtemps pour la réchauffer.
    Je suis très intéressé par ton montage.
    Je me demande par exemple où tu récupères l’entrée du thermostat extérieur. Je me demandais aussi comment on pouvait laisser le poêle effectuer son cycle d’arrêt si on le coupe par son câble d’alimentation. Bref, je suis très intéressé par un descriptif précis sur le blog.

  21. Bonjour,

    Le mcz que je possède a l’énorme avantage de proposer une entrée « contact sec » pour l’allumage et l’extinction. Ainsi il ne s’agit pas de couper l’alimentation principale du poêle, mais bien de lui « demander » de s’arrêter. Il réalise son cycle normal d’extinction, une dizaine de minutes.
    Idem pour l’entrée du thermostat extérieure, elle est située d’origine à l’arrière du poêle, il n’y a plus qu’à s’en servir…

  22. C’est bien tout ces commentaires, on voit que le sujet intéresse en cette période hivernale. Je suis propriétaire d’un poêle à granulé Melinda Idro (bouilleur avec radiateur à eau traditionnels en fonte) depuis moins d’un mois.

    http://www.lanordica-extraflame.com/fr/thermoproduits-termopoeles-a-pellet/melinda-idro-steel_p8952

    Premier retour, l’automatisation « native » du poêle est déjà bien évoluée avec 4 plages programmables (horaire, jours de la semaine, température). C’est un vrai confort au quotidien, il faut juste penser à lancer un sac de 15Kg chaque soir à l’intérieur.

    Il est doté comme la plupart des poêle aujourd’hui d’une carte électronique avec une entrée contact sec pour un thermostat extérieur, donc facilement domotisable. Même si la prog native est pas mal, je pense que la domotisation est un pas à franchir pour affiner encore le fonctionnement du poêle, surtout pour les jours d’absence (weekend, vacances).

    J’attend donc le tuto complet ! J’ai une zipabox avec 433Mhz, des sondes Oregon, des modules Fibaro FGSfgs221 en attente, et des têtes thermostatiques Danfoss Living connect. Y’a plus qu’à…

  23. j’ai un poêle a granulé dans ma location, je trouve ça insupportable.
    c’est bruyant, la soufflerie est bruyante et devient insupportable.
    le bruit des granulés qui tombent, les cycles de mise en route et extinction sont long, soufflerie là encore.
    De plus pour avoir chaud, il faut le faire tourner fort sinon on a froid.
    je n’étais pas du tout convaincu avant, et après ce test dans cette maison de location, je suis revenu a mon premier sentiment!
    je construit une maison, (200 m² ) j’ai fais le choix de puis bien longtemps d’un vrai poêle a bois ( avant cet essais , c’est par hasard que l’o a eu ce poêle a bois dans cette maison de location)
    j’ai choisi la marque OLIGER, un modèle Romano avec l’option résistance électrique de 3000W , et option BBC , boitier d’air extérieur.
    je pourrais vous en parler a partir de février , j’emménage dans ma maison.
    je connais des gens pas très satisfais des poêle a granulé pour les même raison, et souvent les gens n’avoue pas que ça marche mal et n’avoue pas les inconvénients !
    il faut recharger en granulé aussi, un sac par jour, il ya aussi la manutention comme pour le bois.
    aucun plaisir a regarder le feux, c’est un pauvre petit chalumeaux moche et bruyant.
    il y a de l’électronique, en cas de coupure de courant , plus de chauffage, ou cycle de redémarrage, bien chiant.
    le prix du granulé augmente , financièrement aucun intérêt .
    Le poêle Oliger tient + de 8h ( un amis en as 2) et son fils en a 1 aussi.
    Les poêle a bois de supermarché on un très mauvais rendement, il faut faire attention, il y a aussi poêle a bois et poêle a bois.
    Bref pour moi rien de tel que le bois! le vrais!

    la chaleur par air pulsé n’est pas du tout la même que celle d’un poêle a buche, quand le poêle a granulé s’arrête, la maison est très vite froide!
    c’est comme les pompes a chaleur ou clim réversible ça chauffe pas vraiment, en profondeur je trouve.
    d’ailleurs le poêle lui même est pas très chaud, on risque pas de ce bruler en le touchant!

  24. Tu dis qu’il y a poêle et poêle, je pense que c’est aussi vrai pour les poêles à pellets, il y en a sûrement de plus bruyants que d’autres, d’ailleurs quelle est sa marque ?

    Je sais que certains avaient un poêle bruyant et on largement diminué la nuisance simplement en mettant un sotch aluminium autour d’une connexion de tuyaux à l’intérieur du poêle par exemple car c’était dû à une vibration.

    Pour le problème électrique un petit onduleur devrait faire l’affaire pour les petites coupures (c’est tout de même très rare d’avoir des pannes électriques de plus d’une heure), d’ailleurs j’ai un réseau électrique parallèle ondulé sur lequel je branche tout ce qui doit être « assuré » (domotique, box adsl, lumières de secours…).

  25. Jean-Charles Montigny on

    Chaque type de chauffage dispose d’avantages et d’inconvénients. Personnellement équipé d’un poêle à granulé, et contrairement à toi je ne voudrais pour rien au monde d’un poêle à bois, entre le bois à gérer et à stocker, la poussière, pas d’allumage automatique, etc…
    Tu as raison pour le bruit mais c’est largement supportable.

  26. Richard Dumont on

    c’est un ECOFIRE MELISSA de Palazzetti, j’ai bien du mal à chauffer mes 45m² de RDC .
    L’étage chauffé à l’électrique.
    c’est aussi poussiéreux!
    un poêle étanche à bois n’est pas plus poussiéreux.
    la soufflerie est bruyante, pour qu’il fasse chaud, je dois le mettre fort.
    le pouvoir calorifique et la température ressentis n’a rien a voir avec un vrais feux de buche!
    -le stockage existe dans les deux cas bois et granulé.
    mon autre beau frère à des silos dans son garage pour stoker plusieurs tonne de granulé.!!
    j’ai aussi 1 tonne en sac dans une dépendance, et tous les jours c’est un sac.
    (Oliger annonce 5 stères de bois pour mes 200m² avec une isolation moindre que celle que j’aurais. norme BBC, VMC double flux.)
    mon beau frère brule 2 à 3 stères pour 110 m².
    -poussière idem pour les deux cas. poêle étanche prise d’air extérieur.
    -qualité de chauffe et ressentis de la chaleur, avantage bois.
    -Prix du combustible avantage bois.
    -aucune dépendance pour le bois, on en trouve partout et au pire on le ramasse dans les bois !!! :)

    – l’avantage de l’automatisation pour le granulé.
    j’ai acheté l’option électrique pour palier aux vacances et au absence longue, week end….
    Regarder sur OLIGER :)

  27. Gros problème du pôele à Pellet, le Pellet qui à vu sont prix aussi grimper en flèche et par quoi le remplacer si il devient trop chère ?

    Certe ont prend ce genre d’appareil pour économiser mais au final entre le cout de l’appareil, les pellets, et les éventuelles panne du système de vis sans fin et surtout le fait que le pellet va encore augmenter vu le succès de ces poêle n’est il pas plus simple au final de prendre une pompe à chaleur inverter de type samsung qui coutera beaucoup moin chère, sera moin contraignante et dont l’utilisation sera aussi plus simple au niveau de la régulation.

    De plus la il faut quant même faire ramoner la cheminée et cela reste du feu donc dangereux.

  28. Bonjour à tous,

    Pour ne pas avoir à choisir, je viens de commander un poêle Induo de chez Rika, il est mixte, c’est à dire qu’il brûle bûches et pellets. Il peut passer de l’un à l’autre en temps réel, sans modification du poêle. Question domotique, il existe une option GSM, mais trop limité à mon sens, je ne l’ai pas prise. Une fois installé, j’étudierai comment je pourrai le gérer au coeur d’une installation domotique et je vous en dirai plus une fois que j’aurai un retour d’expérience.

  29. Comme beaucoup de ceux qui ont commenté ce sujet, nous avons aussi installé un poêle à pellets en remplacement d’une énorme cheminé qui devait avoir un rendement nul voir négatif :)
    Ce poêle est domotisé :
    – fibaro sur contact sec,
    – sonde oregon et
    – thermostat zibase.
    Cela nous apporte le confort d’un système centralisé avec les jours et plage de fonctionnement avec gestion de la présence (travail, congés, absences).

    Les points à prendre en compte :
    – un poêle nécessite un entretien annuel (nettoyage de la vis sans fin, mise à jour des microcodes …) donc un cout supplémentaire.
    – l’installation n’est effectivement pas si simple, nous sommes passé par un proféssionnel même si je suis pas mauvais bricloleur.
    – et surtout, ne pas oublier de mettre des pellets pour que cela chauffe :)))

    Quel plaisir d’avoir le poêle qui démarre 1 heure avant le premier à se lever le matin, chose bien difficile à faire avec un poêle à bois (il faut un couillon pour se lever 1 heure avant pour chercher des buches ;)))) et je voulais pas être ce dernier :)

    Merci par ces blogs et forums sur la domotique qui nous aide tous au quotidien.

  30. Après lecture de tous les commentaires, il me semble que votre solution est l’idéal compromis. Mais est-ce vraiment le meilleur des 2 mondes ou au final juste un mauvais hybride ?

    La possibilité de continuer à me chauffer sans électricité (ou en cas d’explosion du coût des pellets) est vraiment très importante pour moi…

  31. Sincèrement, c’est le top. Je m’en sers principalement avec des bûches parce que j’ai du stock de bois. La seule contrainte avec les bûches, c’est d’avoir du bois bien sec. Ce qui est génial, c’est que le poêle passe des bûches aux pellets automatiquement. Par exemple, le soir, je charge le poêle avec des bûches, je programme le thermostat, et le matin, il se déclenche automatiquement et s’allume grâce aux pellets, puis il détecte la présence de bûches et passe en mode bois. C’est trop le bonheur d’avoir un feu de bois qui s’allume tout seul au petit déjeuner quand il fait bien froid. Et si je ne remets pas de bûches à la fin de la combustion et que le thermostat demande à ce qu’il chauffe encore, alors il repasse en mode pellets tout seul, et si ensuite je remets une bûche à nouveau, il le détecte et repasse au bois, et ainsi de suite… bref, le poêle n’est pas donné, mais aucun regret. Pour ce qui est de la domotique, je n’ai pas encore étudié la question, il y a un thermostat avec un boitier sans fil qui communique avec le poêle, mais je ne sais pas encore si le signal est ouvert ou propriétaire.

  32. Grand merci pour votre réponse (et la photo qui fait envie !).

    Question : vous confirmez que la partie « bois » peut fonctionner indépendamment de toute alimentation électrique ?

    C’est la condition la plus importante pour moi.

  33. Oui sans problème, il faudra juste prévoir le papier journal pour l’allumage ;)
    Je ne sais pas si d’autres marques font des poêles mixtes, le Rika fonctionne bien, par contre je n’en sais rien pour les autres.

  34. Bonjour à tous.

    Je me permets de vous faire part de notre petite expérience
    en la matière, nous avons fait l’acquisition d’un poêle a granulés chez
    Class&Co

    http://www.classandco.com

    Ils nous ont guidés pour faire le meilleur choix et leur
    installateurs ont été super efficace.

    Il est installé depuis bientôt un an et fonctionne à merveille.

    Paul

Leave A Reply