EtherRain: pour automatiser son arrosage

C’est une chose que je voulais mettre en place cette année: l’arrosage automatique du jardin. Malheureusement je n’en ai eu ni le temps, ni le besoin, étant donné le temps que nous avons eu cet été :/ Mais finalement, c’est un mal pour un bien, car cela m’a permis de tester la solution EtherRain avant de me lancer dans une autre solution.

Comme d’habitude, présentation complète dans la suite ;-)

I. Présentation

L’EtherRain est un boitier ressemblant un peu à un routeur, mesurant 19 x 13 cm, pour 4 cm d’épaisseur:

A ceci près qu’au lieu de disposer de ports ethernet, il dispose de connecteurs pour y brancher des électro vannes:

Nous pouvons apercevoir à l’arrière un port ethernet pour le connecter au réseau, 4 connecteurs pour électro vannes, un connecteur pour une sonde de précipitations, 4 autres connecteurs pour électro vannes, et enfin le connecteur pour l’alimentation.

Rien d’autre à signaler sur ce boitier, mis à part la possibilité de le fixer à un mur grâce aux encoches prévues sur le dessous:

Lors de l’achat de l’EtherRain, il faudra prévoir l’achat d’une alimentation de 24V, vendue séparément. L’EtherRain n’est en effet accompagné que d’une petite notice de branchement, des connecteurs à clipser à l’arrière, avec le petit tournevis fourni, et du nécessaire pour le fixer à un mur (vis et chevilles):

Afin de tester cette solution correctement, Domadoo m’a gentiment prêté également un détecteur de précipitations à connecter à l’EtherRain:

et une électro vanne de marque Hunter:

Cette électro vanne sera à connecter aux bornes à l’arrière de l’EtherRain, puis à intercaler entre l’arrivée d’eau et la ligne d’arrosage qu’on souhaite (jardin, arbustes, etc…).

II. Installation

Je ne suis pas encore équipé chez moi, il sera donc difficile de vous montrer ici quelque chose en situation. Mais cela s’utilise principalement dans le cadre d’un arrosage enterré. Ce schéma représente très bien le principe:

L’EtherRain remplacera le programmateur.

Pour les tests, j’ai effectué cela avec une seule électro vanne et un montage “volant” :p

Dans le cadre d’un arrosage automatisé, le montage reste très classique. Passons donc à l’utilisation de l’EtherRain, car c’est la partie la plus intéressante.

III. Utilisation

L’EtherRain doit tout d’abord être branché au réseau ethernet, où le DHCP sera activé, car il aura besoin d’obtenir une adresse IP automatiquement (au moins la première fois). Ensuite, pour fonctionner, l’EtherRain a besoin d’un programmateur extérieur: en effet, le boitier ne sert qu’à contrôler les électro vannes, mais il ne dispose pas de programmateur intégré.

Pour commencer nous allons utiliser la méthode préconisée par QuickSmart, qui est à l’origine de ce contrôleur: Lawncheck

1. LawnCheck

Lawncheck est en fait un gestionnaire d’arrosage sur internet. Pour commencer il faut se connecter à l’adresse http://www.lawncheck.com et créer un compte (attention, site en anglais).

Une fois le compte créé, on crée un “device” qui sera notre EtherRain. On peut alors lui donner un nom, ainsi qu’un nom à chacune des 8 vannes:

Ensuite, on est invité à créer une programmation pour l’arrosage:

Cet écran est relativement complet: on pourra définir une période de l’année pour la mise en route (ici par exemple de mai à aout), une heure de déclenchement, les jours de déclenchement, et le temps d’arrosage pour chaque vanne.

Nous avons ensuite des options de déclenchement en fonction de la météo. LawnCheck est en effet capable de récupérer la météo près de chez vous via Yahoo, afin de ne pas arroser si de la pluie est annoncée dans les heures qui suivent. On peut également désactiver l’arrosage s’il fait trop froid, et ne l’activer que quand il fait très chaud. L’option “RainBrain”, une fois activée (nécessite la sonde de précipitation), se chargera de définir s’il est judicieux d’arroser ou non, ce qui vous permettra d’économiser de précieux litres d’eau.

On peut ainsi créer plusieurs programmations selon ses besoins.

En cas de besoin, par exemple si on sait d’avance qu’il va pleuvoir durant les deux prochains jours, on peut mettre en pause la programmation en indiquant la durée de la pause:

Pour que la programmation puisse s’appuyer sur les prévisions météo, il faut bien sûr indiquer où on habite. Pour cela, sur l’écran d’accueil, il faudra sélectionner “Weather” pour compléter les informations nécessaires:

Le plus simple sera d’entrer le code WOEID (where on earth identifier) qui permettra de trouver la localisation exacte sur Yahoo. Ce code est difficile à trouver sur Yahoo, mais pourra être trouvé plus facilement sur ce site, par exemple. En tapant “Orleans, France”, j’obtiens le code à renseigner sur LawnCheck:

Il n’y a plus qu’à compléter les informations sur le programmateur:

On peut rapidement vérifier que le code est correct en se rendant sur la page d’accueil, qui doit nous indiquer la ville et la météo courante, avec les prévisions:

Il n’y a plus qu’à lier notre EtherRain avec LawnCheck, car pour le moment les deux ne communiquent pas encore…

On télécharge le programme “EtherRain Admin”, dont le lien est donné sur LawnCheck lors de la configuration. On l’installe, puis on l’exécute. Le programme devrait trouver l’EtherRain sur votre réseau.

On clique sur “Configure”, puis on renseigne paramètre en suivant les indications données sur LawnCheck (mode Poll, puis on indique son compte).

Au besoin, on peut affecter une adresse IP fixe si on le souhaite:

A partir de là, l’EtherRain se synchronisera avec le programmateur sur internet, et se mettra en route aux heures nécessaires. Détail important: c’est l’EtherRain qui se connectera au site régulièrement pour vérifier s’il doit se mettre en route ou non, et non le contraire. De ce fait, aucune direction de port n’est à effectuer sur son réseau, ce qui simplifie bien la tache !

On peut bien sûr déclencher l’arrosage manuellement si on le souhaite. Toujours sur LawnCheck, en se rendant dans l’onglet Actions:

LawnCheck dispose également d’un site web adapté pour les mobiles. Ainsi, en se connectant à l’adresse http://cell.lawncheck.com/ avec son mobile, il sera possible de piloter son arrosage de n’importe où:

2. OptiRain

Pour ceux qui n’ont pas internet ou qui ne veulent pas dépendre d’un serveur extérieur, il existe le programme OptiRain et OptiRain Scheduler.

Il s’agit d’un logiciel à installer sous Windows, accompagné d’un service qui se lance automatiquement sur l’ordinateur, et qui se chargera d’activer l’arrosage en fonction des programmations qu’on aura définies. Je ne vais pas détailler le fonctionnement, on retrouve exactement les mêmes fonctions que dans LawnCheck:

Liste des périphériques disponibles

Possibilité de nommer chaque vanne

Renseignements de la situation géographique pour récupérer la météo

Programmation des vannes

Comme on le voit, on dispose vraiment des mêmes options que ce qu’on a vu précédemment avec LawnCheck.

Différentes versions d’OptiRain existent pour Windows, Linux, FreeBSD, Mac, etc… vous trouverez tout cela ici. Certains ont même réussi à l’installer sur une carte Raspberry Pi, ce qui n’est pas bête du tout, étant donné le prix et les possibilités de ce petit pc.

Ces versions ont l’avantage de ne pas avoir à dépendre d’un serveur extérieur, mais l’inconvénient de devoir installer son propre serveur, avec tout ce que cela implique (redirections de port si on veut accéder de l’extérieur, etc…). L’utilisation de LawnCheck est donc une excellente solution, tout en sachant que si un jour le site venait à fermer, il serait toujours possible d’utiliser son EtherRain malgré tout.

IV. Conclusion

L’EtherRain est un petit boitier vraiment très pratique pour la gestion de son arrosage automatique. Vendu 179€ chez notre partenaire Domadoo, son prix est tout à fait correct par rapport à des programmateurs qu’on trouve en jardinerie, et qui en feront beaucoup moins. Personnellement j’ai beaucoup aimé la facilité d’utilisation, et la gestion des précipitations et de la météo prévisionnelle. J’ai toujours trouvé ridicule l’arrosage quand il pleut, sans compter le cout financier. Et pourtant il y a encore de nombreux systèmes qui ne s’en soucient pas :/ L’EtherRain a été très bien pensé à ce niveau. Et ses concepteurs n’ont rien laissé au hasard, puisque son intégration dans un système domotique est tout à fait possible. Je vous présenterai les différentes solutions dans les prochains jours…


2 Commentaires
  1. Merci beaucoup pour cet article!
    Je me posais la question d’utiliser un module RGB Fibaro connecté a une Zipabox comme programmateur.
    Avez-vous des expérience en la matière?

  2. bonjour je souhaite faire l’alimentation en eau depuis une cuve aurais tu une solution simple pour connaitre le volume disponible dans cette cuve

    Laisser un commentaire

    Ne ratez plus aucune news !

    Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

    Merci pour votre inscription !