Edisio: pilotage des luminaires grace au module rail din EDR-B4

Module rail din Edisio EDR-B4

159,90€
Module rail din Edisio EDR-B4
92.5

Qualité

10/10

    Fonctions

    10/10

      Utilisation

      9/10

        Prix

        9/10

          Pour

          • Module rail din bien intégré
          • Fonctions configurables
          • Portée du signal

          Contre

          • "Seulement" 4 points contrôlés

          Il y a quelques temps j’ai construit un atelier au fond du jardin. Hors d’eau et hors d’air depuis un moment, il m’y manquait toutefois une chose essentielle, pour bricoler ou encore pour parer aux journées courtes de l’hiver: l’électricité. Bien sûr, je n’allais pas installer un réseau électrique dans l’atelier sans en avoir le contrôle :p

          Le but ici était de piloter 4 points d’éclairage dans cet atelier, se trouvant à une trentaine de mètres de la maison. La box domotique étant dans la maison (box Jeedom), cela fait donc une trentaine de mètres à traverser, agrémentée de deux murs en parpaings. Le Z-wave commence là à trouver un peu ses limites au niveau de la portée. Pour y remédier, il aurait fallu ajouter un module émetteur à mi chemin, mais en plein milieu du jardin, cela était impossible. J’ai donc décidé de tester un peu Edisio, qui m’avait été présenté en septembre. Le point fort de ce protocole: sa portée, annoncée d’une centaine de mètres. Et comme un dongle Usb permet de l’utiliser avec la box Jeedom, c’était parfait.

          I. Le matériel retenu

          Edisio propose de nombreux périphériques différents à son catalogue. Et comme ces périphériques ont été pensés avant tout pour les électriciens, il existe bien sûr des modules qui se montent directement dans le tableau électrique, en rail din. Devant mettre en place un petit tableau électrique pour ce batiment, le choix a donc été fait d’intégrer son pilotage domotique directement en tableau, grâce au module EDR-B4, prévu justement pour piloter 4 points. Le contrôle de ce module, lui, se fera via des interrupteurs sans fil, réalisés grâce à des micro modules sans fil EMM-100: cela facilite beaucoup l’installation, en réduisant les cables à passer, puisque de ce fait seuls les points lumineux devront être raccordés au tableau électrique.

          1.1 Module EDR-B4

          L’EDR-B4 est en fait un module au format rail din, c’est à dire capable de venir se loger directement dans le tableau électrique. Il occupe la place de 6 modules traditionnels:

          installation_edisio_tableau_electrique_5

          Il dispose sur le haut de 4 sorties de 10A, libres de potentiel. Sur la partie basse, il possède 7 entrées: 1x RS485, 4x Digital input, 2x Analogic (0 – 10V). Les entrées digitales pourront par exemple être reliées à des interrupteurs pour piloter les 4 relais.

          Une particularité sur les modules Edisio: différents modes de fonctionnement sont en général disponibles. Ils dépendent du réglage des “DIP” disponibles sur la partie basse (en bleu sur la photo). Il est également possible d’appliquer une minuterie sur les commandes si nécessaire, pratique par exemple pour gérer l’éclairage d’un escalier ou de parties communes. Deux Dips sont disponibles par sortie, pour régler le mode (marche / arrêt ou volet) et l’utilisation ou non de la minuterie:

          dip

          Tout à droite, on peut apercevoir le bouton “R”, qui permet d’appairer le module à d’autres équipements (interrupteurs sans fil par exemple).

          installation_edisio_tableau_electrique_6

          Ses modes de fonctionnement permettent le contrôle en Marche/Arrêt, Impulsion et Ouvrir/Stop/Fermer (pour 2 ouvrants). Avantage: la sortie 1 peut être en mode On/Off et la sortie 2 en mode Impulsion indépendamment de la minuterie, et les sorties 3 et 4 en mode Ouvrir/Stop/Fermer. Et ceci pour tous types d’applications: volets, stores, portails, portes de garage, moteurs, gâches électriques, automatisations. Ce module saura donc répondre à de nombreux besoins. La notice donne quelques exemples de raccordements:

          chema

          La connexion des câbles se fait simplement par bornier à vis:

          installation_edisio_tableau_electrique_7

          A l’arrière, les clips de maintien pour le rail du tableau électrique, classique:

          installation_edisio_tableau_electrique_8

          1.2 Modules EMM-100

          Le pilotage se fera ici par des interrupteurs sans fil. Comme il s’agit d’un atelier, je n’ai pas opté pour les beaux interrupteurs Edisio, mais simplement pour le micro module EMM-100, qui permet de piloter deux actionneurs distincts.

          installation_edisio_tableau_electrique_9

          Il sera intégré dans un interrupteur Legrand en saillie:

          installation_edisio_tableau_electrique_16

          Là encore, ce module dispose de DIPs pour régler son fonctionnement, qui peut être sur interrupteur mécanique ou bouton poussoir.

          installation_edisio_tableau_electrique_11

          Ici notre interrupteur est mécanique, il faut donc mettre le DIP 3 en bas à l’aide de la petite pointe fournie:

          installation_edisio_tableau_electrique_19

          Celui ci fonctionne simplement à l’aide d’une pile bouton CR2032 qui lui donne une autonomie estimée à 3 ans (dépendra bien sûr du nombre d’actions effectuées, mais comme l’émetteur n’émet que quand on l’actionne, il est très économe en énergie).

          installation_edisio_tableau_electrique_20

          1.3 IPX800 et compteur mécanique

          Cette partie fera l’objet d’un autre article, mais quitte à monter le tableau électrique, et ayant une IPX800 dans mon tiroir, j’ai décidé de l’utiliser pour piloter les prises électriques. C’aurait pu être fait également en Edisio, mais c’est là l’occasion de mettre une IPX800 en situation, tout en évitant le rachat de matériel supplémentaire.

          De plus, comme l’IPX dispose d’entrées impulsionnelles, j’en profite pour monter un compteur mécanique en entrée du compteur, qui me permettra de mesurer la consommation électrique de l’atelier:

          installation_edisio_tableau_electrique_14

          Ce peit compteur se monte également en rail din, il sera donc parfaitement intégré au tableau.

          installation_edisio_tableau_electrique_15

          II Mise en place

          2.1 Réalisation de l’interrupteur sans fil

          L’avantage de notre interrupteur Legrand est qu’il y a de la place à l’intérieur, comme on le voit ici sous les connecteurs des fils:

          installation_edisio_tableau_electrique_17

          On démonte donc l’interrupteur:

          installation_edisio_tableau_electrique_18

          Et on raccorde notre micro module comme ceci, en pensant à faire un pont entre les deux bornes pour la masse (fil noir):

          installation_edisio_tableau_electrique_21

          Le contact avec le fil rouge contrôlera un point lumineux, le contact avec le fil bleu un autre point lumineux. Il ne reste plus qu’à tout caser dans le boitier de l’interrupteur, ce qui est réalisable sans trop de mal, grâce à la place disponible:

          installation_edisio_tableau_electrique_22 installation_edisio_tableau_electrique_23

          On remet le couvercle de l’interrupteur:

          installation_edisio_tableau_electrique_24

          Nous avons notre interrupteur sans fil prêt, capable de piloter deux points lumineux (donc deux relais du module rail din). Pour nos besoins, deux interrupteurs de ce type ont été réalisés, soit 2×2 boutons = 4 contrôles, car nous aurons:

          • un plafonnier
          • un néon au dessus de l’établi
          • un néon dans la partie grenier
          • un spot extérieur

          Passons à l’installation du module rail din…

          2.2 Installation du module EDR-B4

          Pour une telle installation, il faut un minimum de Matériel électrique. Comme il s’agit ici d’un atelier, j’ai eu recours à la récup: un vieux tableau électrique chiné sur une brocante, qui fera amplement l’affaire:

          installation_edisio_tableau_electrique_25 installation_edisio_tableau_electrique_26

          Un disjoncteur général en entrée de ligne, mon compteur mécanique, un disjoncteur dédié à l’éclairage, puis le module Edisio. Celui ci est alimenté en 220V, donc alimenté par le disjoncteur dédié à l’éclairage:

          installation_edisio_tableau_electrique_27

          En partie basse, installation d’un disjoncteur dédié aux prises, et de l’IPX800V3 (une alimentation 12V viendra prendre place dès que je l’aurai, puisque contrairement au module Edisio, l’IPX800 est alimentée en 12V et non pas en 220):

          installation_edisio_tableau_electrique_29

          Le tableau étant maintenant précablé, il ne reste plus qu’à le fixer au mur:

          test_edisio_edr-b4_19

          Reste à cabler l’éclairage. Nous avons ici un plafonnier à Led, équivalent 160W en lumière blanche, idéal pour un atelier. Notre partenaire Led et Fluo propose divers modèles plutot performants et abordables.

          installation_edisio_tableau_electrique_32 installation_edisio_tableau_electrique_34

          installation_edisio_tableau_electrique_37

          Un néon au dessus de l’établi, un néon dans la partie “grenier” du batiment (toujours à leds, comme je vous avais présenté ici), et un éclairage extérieur.

          installation_edisio_tableau_electrique_44

          Au passage, l’utilisation des nouveaux raccordements rapides de chez Wago a bien facilité le travail, en étant encore plus compacts que les anciens modèles ;-) Dispo chez tout bon Fournisseur matériel électrique.

          installation_edisio_tableau_electrique_41

          Tous ces éclairages sont directement raccordés au tableau électrique, sur le module EDR-B4 (n’hésitez pas à cliquer pour zoomer sur la photo et les branchements):

          installation_edisio_tableau_electrique_46

          installation_edisio_tableau_electrique_45

          Pour mieux comprendre le branchement, il s’agit de celui ci:

          schema2

          Le neutre des points lumineux est relié directement au neutre du disjoncteur éclairage. La phase, elle, est reliée aux 1ers connecteurs des 4 relais. La phase en provenance des éclairages est elle reliée aux seconds connecteurs des 4 relais. Ainsi quand les relais sont fermés, cela allume les éclairages.

          Il nous faut maintenant associer nos éclairages à nos deux doubles interrupteurs. Une étape extrêmement simple: pour le premier point lumineux, on appuie une fois sur le bouton “R” du module rail din. Celui ci se met à biper à intervalle régulier. Il suffit d’appuyer ensuite sur l’interrupteur qu’on souhaite: le module rail din se met alors à biper en continu: on appuie de nouveau sur le bouton “R” pour valider l’association, et c’est fini. On fait cela pour les 4 relais: pour le 2eme, on appuie 2 fois sur le R, et on suit la procédure. Pour le troisième 3 fois sur le R, et pour le 4eme… vous avez suivi ?

          Il ne reste plus qu’à refermer le tableau électrique:

          installation_edisio_tableau_electrique_2

          Et placer nos deux interrupteurs où on souhaite, puisqu’ils sont totalement sans fil:

          installation_edisio_tableau_electrique_1

          A ce stade, notre installation est parfaitement autonome: on appuie sur le bouton, ca allume ou ca éteint la lumière correspondante. Pas besoin de box domotique. Mais bien sûr, le but est d’intégrer cette gestion de l’éclairage au système domotique de la maison.

          III. Intégration à Jeedom

          En connectant un dongle Edisio à Jeedom, et en installant le plugin du même nom, Jeedom est capable de dialoguer avec les périphériques Edisio, comme on le fait pour le Z_wave, EnOcean, etc.

          Les modules EMM-100, puisqu’il s’agit d’émetteurs, seront automatiquement créés par Jeedom dès qu’on les actionnera. Ici nous n’en avons pas l’intérêt, mais récupérer leur état pourrait permettre de déclencher des scénarios par exemple. Dans notre cas ils sont associés directement au EDR-B4 pour le piloter, et c’est le seul besoin que nous avons. En revanche nous voulons pouvoir piloter l’EDR-B4 depuis Jeedom si besoin. Comme il s’agit là d’un actionneur, il ne sera pas créé automatiquement, il va falloir le créer nous même. On se rend donc dans le plugin Edisio, et on demande à ajouter un périphérique. On lui donne un nom, ici “Eclairage Atelier”, tout simplement, on l’active, on le place dans la pièce qu’on souhaite, et surtout, on sélectionne son modèle dans la liste déroulante:

          creation_edr

          On enregistre: cela va créer automatiquement toutes les commandes correspondantes:

          commandes_edr

          Il nous reste maintenant à associer ces commandes aux quatre relais du module: ici nous allons simplement faire une association, comme nous avons déjà fait pour les interrupteurs sans fil: on appuie sur le bouton “R” de l’EDR-B4, qui va se mettre à biper régulièrement. On clique ensuite sur le bouton “tester” de la première commande On. L’EDR-B4 se met à biper en continu, il ne reste plus qu’à appuyer de nouveau sur son bouton R pour confirmer l’association. On fait de même avec les relais 2, 3, et 4, en appuyant successivement 2 fois, 3 fois, puis 4 fois, et en suivant la même procédure. Une fois les commandes correctement associées, nous avons ce type de widget sur notre tableau de bord Jeedom:

          widget

          Un widget qu’on peut bien sûr personnaliser, en renommant les commandes, et en masquant celles qui sont inutiles, le “toggle” pouvant ne pas être utile à tous.

          Ces commandes peuvent ensuite être utilisées dans des scénarios. Ici, par exemple, j’éteins automatiquement toutes les lampes à 2h du matin, histoire de ne pas laisser allumé toute la nuit en cas d’oubli, l’atelier étant au fond du jardin, et plusieurs jours pouvant se passer entre deux visites du batiment:

          scenario

          IV. Conclusion

          Le choix s’est porté ici sur le protocole Edisio pour plusieurs raisons:

          • tout d’abord sa portée, puisqu’avec 30m et deux murs en béton le Z-Wave trouvait ses limites. Il aurait fallu ajouter un répéteur à mi parcours, chose difficile en plein milieu du jardin.
          • ensuite son prix, puisqu’avec le module rail din capable de piloter 4 charges, vendu 159€, cela ramène le cout du point lumineux à 39€.

          Ce prix vient bien sûr se gonfler avec l’utilisation de modules sans fil pour nos interrupteurs (+22€ par point). Ce choix a été fait pour réduire le cablage nécessaire et faciliter l’installation. Il peut être largement réduit en connectant des interrupteurs classiques directement au module rail din.

          Notons également la simplicité d’utilisation: l’association entre les interrupteurs sans fil et le module rail din se fait en trois clics. De plus, ce module peut être associé avec de nombreux contrôleurs. Ici nous avons vu que chaque point lumineux est piloté par un interrupteur sans fil, mais également par Jeedom. Après coup, j’y ai également associé un bouton de ma télécommande Trendy pour l’éclairage extérieur: ainsi quand je rentre le soir, si je dois aller au fond du jardin ma télécommande me permet d’allumer l’éclairage extérieur. Et la portée est excellente, puisque je l’allume à une cinquantaine de mètres du bâtiment.

          Enfin, pour ceux qui sont rebutés par l’utilisation d’une box domotique, le gros avantage est que cette solution est totalement autonome: comme on l’a vu à la première étape, une fois l’interrupteur associé au module rail din, tout était fonctionnel. Pas besoin de box domotique. L’utilisation d’une box domotique permet juste d’ajouter un peu d’intelligence et de scénarios dans l’utilisation, c’est tout. Pratique, mais pas nécessaire. Et même dans le cas d’une utilisation d’une box domotique, en cas de plantage éventuel de celle ci, notre éclairage continue de fonctionner avec ses interrupteurs sans fil et même ma télécommande Trendy. Un point qui m’a particulièrement plu et convaincu, si bien que j’ai commencé à migrer quelques éclairages également dans la maison. Je vous en reparlerai prochainement ;-)

          Bref, ici je recherchais la facilité d’installation, la facilité d’utilisation, l’intégration au système domotique tout en restant autonome si besoin, et tout ceci pour un cout modéré: c’est mission accomplie ! Pour compléter le tout, il ne resterait plus qu’à appliquer la même chose pour le pilotage des prises électriques, directement depuis le tableau électrique. Un module Edisio existe également pour cet usage, mais comme expliqué plus haut, j’ai décidé de “recycler” une IPX800 que j’avais à la maison, qui me permettra de piloter ces prises, mais également de monitorer la consommation électrique de l’atelier. A suivre dans un prochain article ;-)


          7 Commentaires
          1. Super article comme d’hab ! Merci.
            J’utilise déjà l’édisio avec mon eedomus. Je l’ai choisi pour sa portée excellente et les inter muraux que je trouve jolis.
            Je l’avais testé avec ma jeedom et ça marchait nickel aussi.
            Hâte de voir la suite de ton installation. Notamment le petit compteur d’impulsion. C’est quel modèle ?
            A+

          2. Oui, j’ai mis quelques inter aussi à la maison, ca fera l’objet d’un prochain article aussi.
            Pour le compteur, c’est celui ci: http://www.domadoo.fr/fr/peripheriques/2701-gce-electronics-compteur-energie-45a.html

          3. Bonjour Cédric,
            Je fais construire une maison ossature bois et le constructeur me fournit une box Somfy Tahoma pour contrôler mes volets roulants et mon brise soleil. Cette box me semble bien surtout la version fournit par les professionnels, toutefois je vois que la Eedomus est aussi intéressante, j’ai plein d’idées sur la mise en place d’un système complet qui me conviendrait et je ne sais pas si la tahoma pourra tout faire. Puis je utiliser deux box (Tahoma et eedomus) dans une même maison sur une seule box internet? et si oui y a t’il d’après vous un intérêt?

            Merci de votre retour, bonne continuation et merci pour ce blog sympathique a lire et l’application qui m’envoi des infos presque chaque jour.

          4. Bonjour,
            Il manque une alarme dans l’abri jardin. Je connais des gens qui se sont fait voler un tuyau d’arrossage

          5. Ne t’inquiète pas, le système d’alarme de la maison est étendu jusqu’à cet atelier, avec même des caméras ;-)

          6. Désolé, ton message était passé à la trappe :/ Oui, tu peux sans problème brancher deux box domotiques sur une seule box ADSL (j’en ai une dizaine chez moi pour les tests :p)
            La box Tahoma peut te permettre de faire déjà beaucoup de choses. L’eedomus te permettra d’aller un peu plus loin avec des scénarios plus complexes et une compatibilité plus large (objets connectés, protocoles). Mais tout dépend ce que tu souhaites faire au final.

          7. Bonjour,

            Je possède trois modules que j’utilise depuis plusieurs mois pour gérer quatre volets roulants et quatre ampoules.
            J’ai choisi ce système pour sa simplicité de mise en place, la porté du signal et les interrupteurs multi-bouton.
            Le protocole étant bi-directionnel, ceci me permettrait de connaitre l’état de mes ampoules ou VR hors ce n’est pas le cas.
            Le retour d’état (je le suppose) avec ces modules ne peut être utilisé que par la box EDISIO (peut-être avec la home box dio) et non par Jeedom ou Eedomus.

            Si j’avais su ce problème j’aurai choisi un autre protocole au moment de mes achats

            Laisser un commentaire

            Ne ratez plus aucune news !

            Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

            Merci pour votre inscription !