Vidéo et DJI Phantom 2: on passe au FPV !

0

Kit FPV pour DJI Phantom 2

380€
Kit FPV pour DJI Phantom 2
88.75

Qualité

9/10

    Fonctions

    9/10

      Installation

      9/10

        Utilisation

        9/10

          Pour

          • Simple à installer
          • Pas de soudure à faire
          • Tout intégré dans l'écran
          • Bonne portée

          Il y a un an je vous proposais un test du drone DJI Phantom 2, l’un des meilleurs drones grand public qu’on puisse trouver. Même si une version 3 est sortie entre temps, il reste un excellent modèle, et je ne m’en lasse pas. Seulement, bien qu’équipé d’une GoPro, celle ci ne me permettait que de visionner les vidéos à posteriori, une fois que le drone avait fini sa balade. Impossible de voir en live ce que voyait la caméra, obligeant donc le vol à vue (c’est à dire en regardant le drone dans le ciel).

          Mais dans le monde du modélisme il existe ce qu’on appelle le FPV, c’est à dire le « First Person View ». Autrement dit, on voit ce que filme la caméra en live, comme si nous étions nous même dans le drone. Difficile de faire plus immersif, cela permet de découvrir une nouvelle expérience de vol, et d’explorer des lieux différemment.

          Il existe de nombreuses facons d’ajouter le FPV sur un drone, mais le principe est toujours le même: une caméra reliée à un émetteur vidéo montés sur le drone qui envoient la vidéo à un récepteur au sol, souvent un écran (ou des lunettes, nous en parlerons plus loin). Les amateurs éclairés peuvent choisir eux même chaque composant, à condition de maitriser un minimum les contraintes de l’émission vidéo par fréquence radio.

          Comme le DJI Phantom 2 est un drone relativement grand public, facile à utiliser, j’ai voulu vous faire découvrir ici un kit vidéo tout aussi facile à mettre en place et à utiliser. Ce kit, réalisé par iDrone Zone (que je remercie au passage), est complet et simple à installer, en ne nécessitant absolument aucune soudure. J’ai simplement ajouté au kit de base un iOSD Mini, un tout petit boitier permettant de récupérer les informations du drone pour les afficher en surimpression sur la vidéo: batterie, distance, altitude, nombre de satellites, etc…

          Passons sans plus attendre à sa découverte.

           

          I. Déballage du kit FPV

          Le kit FPV est constitué de plusieurs éléments, que nous allons découvrir un par un.

          FPV_DJI_PHNATOM2_1

           

          1.1 L’écran

          Nous avons pour commencer un écran HD 7″ de résolution 16/9 en 1024x600px.

          FPV_DJI_PHNATOM2_2

          Il a deux gros avantages: il intègre une batterie Lilon, mais également un  récepteur diversity 32CH 5.8Ghz, ce qui évite de devoir se balader avec des accessoires à côté. J’ai en effet vu quelques montages sympa, mais qui nécessitaient de se promener avec une batterie extérieure et un récepteur vidéo relié à l’écran. Pas très pratique :(

          FPV_DJI_PHNATOM2_3

          Malgré la batterie et le récepteur intégrés, il est très fin, puisqu’il mesure moins de 2cm d’épaisseur:

          FPV_DJI_PHNATOM2_4

          Il dispose sur le côté d’un connecteur pour l’alimentation (mise en charge), d’une sortie alimentation pour alimenter un autre appareil éventuel, et d’un port micro Usb (pour les éventuelles mises à jour):

          FPV_DJI_PHNATOM2_5

          De l’autre côté nous avons toutes les entrées sorties audio vidéo: une entrée HDMI, une entré jack vidéo, une sortie jack vidéo, et une prise casque.

          FPV_DJI_PHNATOM2_6

          Des haut parleurs sont positionnés à l’arrière:

          FPV_DJI_PHNATOM2_7

          Tel quel, on peut très bien imaginer utiliser l’écran pour y diffuser n’importe quel contenu. Mais le but ici est de visionner la vidéo issue de notre drone. D’ailleurs, un pas de vis est disponible sur le dessous pour pouvoir le fixer sur sa télécommande via un adaptateur que nous verrons plus loin.

          FPV_DJI_PHNATOM2_8

          Pour la réception, l’écran dispose de deux  connecteurs pour antenne:

          FPV_DJI_PHNATOM2_9

          Les deux antennes sont fournies avec l’écran:

          FPV_DJI_PHNATOM2_10

          Il dispose d’une luminosité de 500cd/m², et d’un taux de contraste de 700:1, qui lui assurent une très bonne visibilité. Mais en cas de grand soleil, un pare soleil est également fourni, qui permet de bien voir l’image quelques soient les conditions.

          FPV_DJI_PHNATOM2_11

          Le pare soleil pliant est pratique pour gagner de la place en transport.

          FPV_DJI_PHNATOM2_13

           

          1.2 Le support d’écran

          Nous avons un petit accessoire qui vient se monter sur la télécommande, afin de tenir l’écran en position:

          FPV_DJI_PHNATOM2_14

          Cet accessoire vient se positionner sur le crochet de la télécommande, où on accroche habituellement le tour de cou:

          FPV_DJI_PHNATOM2_15

          On assemble les deux parties:

          FPV_DJI_PHNATOM2_16

          Et l’écran vient ensuite s’y visser:

          FPV_DJI_PHNATOM2_18

          On peut ensuite y remettre son tour de cou préféré, ce qui est vraiment conseillé pour tenir la télécommande tranquillement avec l’écran, car l’ensemble prend du poids.

          FPV_DJI_PHNATOM2_19

           

          1.3 Les antennes Clover Leaf

          Avec ce kit sont fournies deux antennes Spiro DJI qui améliorent la réception.

          FPV_DJI_PHNATOM2_20

          FPV_DJI_PHNATOM2_21

          FPV_DJI_PHNATOM2_22

          FPV_DJI_PHNATOM2_23

          Une pour l’émetteur, l’autre pour le récepteur, on peut donc remplacer l’antenne d’origine de l’écran par celle ci:

          FPV_DJI_PHNATOM2_24

           

          1.4 iOSD mini

          L’iOSD mini de DJI est un tout petit boitier qui vient se brancher sur le port de communication du DJI Phantom. Il ne fait pas partie du kit FPV, mai apporte vraiment un plus, puisqu’il affichera les informations techniques du drone par dessus la vidéo: altitude, distance, orientation, batterie, nombre de satellites accrochés pour le GPS, etc…

          FPV_DJI_PHNATOM2_25

          FPV_DJI_PHNATOM2_26

          FPV_DJI_PHNATOM2_27

          Il dispose d’un côté d’un port micro Usb pour d’éventuelles mises à jour, et d’un connecteur pour le cable fourni, qui permettra de réceptionner le signal vidéo pour le faire ressortir avec les informations du drone en surimpression.

          FPV_DJI_PHNATOM2_28

          De l’autre côté nous avons le port de communication DJI, ce qui permettra ainsi de brancher des équipements en série.

          FPV_DJI_PHNATOM2_29

          FPV_DJI_PHNATOM2_30

           

          1.5 L’émetteur vidéo AVL58

          Autre pièce importante: l’émetteur vidéo.

          FPV_DJI_PHNATOM2_31

          Il est fourni avec tout le nécessaire, et à vrai dire nous n’utiliserons pas tout ;-)

          FPV_DJI_PHNATOM2_32

          Nous retrouvons un connecteur pour l’antenne (émettrice, attention à brancher la bonne antenne):

          FPV_DJI_PHNATOM2_33

          L’émetteur dispose d’un ventilo intégré, car c’est quelque chose qui a tendance à chauffer un peu.

          FPV_DJI_PHNATOM2_34

          Il dispose d’un connecteur qui permettra de l’alimenter, et de recevoir le signal vidéo et audio.

          FPV_DJI_PHNATOM2_35

          FPV_DJI_PHNATOM2_36

          D’une puissance de 630mW, il est donné pour une portée de 500 à 600m dans les meilleures conditions.

           

          1.6 Le FPV Hub

          Le FPV Hub est une petite carte très pratique, qui va nous permettre d’éviter toute soudure :D

          FPV_DJI_PHNATOM2_37

          En effet, tous les cables sont fournis pour correspondre aux différents accessoires à brancher.

          FPV_DJI_PHNATOM2_38

          La carte est minuscule, mais dispose de tous les connecteurs:

          FPV_DJI_PHNATOM2_39

          Il est donc temps de passer à son montage…

           

          II. Montage du kit FPV

          Ce que j’apprécie beaucoup dans ce kit, c’est la possibilité de monter cela sans aucune soudure ! En effet, dans ce domaine, lorsque le FPV n’est pas installé de base, comme c’est le cas par exemple sur le Phantom Vision, il faut souvent acheter chaque élément séparé, et recourir au fer à souder pour raccorder quelques fils entre eux.

          DJI a bien prévu le coup grâce à sa petite carte Hub. Cette minuscule carte, comme on l’a vu, propose la plupart des branchements possibles et est livrée avec les différents cables. Voici un schéma expliquant clairement les raccordements (merci au forum Djiphantom pour les ressources fort intéressantes à ce sujet).

          prasen10

          Il suffit donc de suivre le guide de montage tranquillement, en utilisant les cables indiqués.

          Nous avons tout d’abord le mini iOSD, qui va donc récupérer les informations techniques du drone:

          FPV_DJI_PHNATOM2_40

          Puis l’émetteur vidéo:

          FPV_DJI_PHNATOM2_41

          Ensuite, notre nacelle Zenmuse, qui stabilise la caméra, doit être raccordée: c’est grâce à elle que nous allons récupérer le flux audio et vidéo, pas besoin de cable spécifique pour la GoPro:

          FPV_DJI_PHNATOM2_42

          FPV_DJI_PHNATOM2_43

          Voilà, tous les accessoires sont raccordés à la carte Hub, qui se chargera de faire communiquer ce petit monde. Pas de cable supplémentaire pour l’alimentation, elle se fait directement via le drone.

          Le plus dur est maintenant de réussir à tout caser sous le drone, à l’aide du double face fourni.

          FPV_DJI_PHNATOM2_44

          Il vaut mieux faire quelques essais au préalable pour vérifier que tout passe, sans trop tirer sur les cables.

          FPV_DJI_PHNATOM2_47

          Certains ouvrent la coque du DJI pour y loger certains composants, comme la carte Hub et le Mini iOSD, mais il faut faire attention qu’il n’y ait pas de contact avec l’électronique. Ici on va se contenter de tout coller sous le drone, on pourra réajuster plus tard:

          FPV_DJI_PHNATOM2_48

          Voilà l’ensemble monté, avec l’antenne qui sort sur le côté:

          FPV_DJI_PHNATOM2_49

          Et vue de dessus:

          FPV_DJI_PHNATOM2_46

           

          III. Utilisation / Conclusion

          L’utilisation est relativement simple:

          • on allume la télécommande, puis le drone, qui va mettre en route l’émetteur vidéo
          • on allume l’écran, et on lance un scan des fréquences radio afin que l’écran capte le signal vidéo du drone

          après quelques secondes on obtient la vidéo du drone sur l’écran:

          fpv00

          Je ne vous refais pas une vidéo ici, ca n’apportera pas grand chose, puisque le vol du drone en lui même reste identique. Mais je peux vous dire que l’expérience de vol, est, est tout autre ! Sans le FPV, on vole à vue, c’est à dire en regardant son drone, en faisant attention aux sens inversés quand il est tourné vers nous, etc… Quand il commence à être trop éloigné, quand on commence à ne plus savoir dans quel sens il va, il faut se faire une raison et le faire revenir.

          Avec le FPV, il faut bien sûr garder un oeil sur son drone de temps en temps. Mais on voit ce que voit le drone, s’il passe correctement au dessus des arbres ou d’une ligne électrique, la direction vers laquelle il est tourné, et même son orientation par rapport à nous, via un petit losange qui se déplace au centre de l’écran. Altitude, distance, niveau de la batterie, nombre de GPS, toutes ces indications sont vraiment très utiles et permettent de voler plus serein. Sans le FPV il m’était par exemple très difficile d’estimer l’altitude de vol, tout comme le niveau de la batterie, même si le drone revient tout seul quand il commence à être à court de jus. Pour le vol, c’est donc vraiment très pratique !

          fpv01

          Ca l’est également quand on veut faire de la prise de vue. Avec le DJI il est en effet possible d’enregistrer des photos ou de la vidéo à l’aide de la GoPro qui y est fixée. Seulement, comme pour le vol, on filme « à vue », et on n’est jamais très sûr du résultat tant qu’on n’a pas visionné la vidéo… après le vol. Avec le FPV, comme on voit en live ce que voit la GoPro, on peut filmer très précisément ce qu’on souhaite. A noter que les indications techniques du drone, en surimpression sur l’écran FPV, ne seront toutefois pas sur la vidéo enregistrée sur la GoPro, puisqu’elle est avant l’iOSD Mini. C’est tout à fait normal, mais je pense que certains se poseront la question.

          Mise à part quelques petits sauts d’image de temps en temps, relativement rares, je vous rassure, la transmission vidéo est plutot très stable et de bonne qualité (plus nette que sur les photos de l’écran, à cause du rafraichissement de l’image). Je n’ai pas poussé jusqu’aux limites de la portée (trop peur de perdre mon drone ;-), mais la transmission vidéo a parfaitement fonctionné jusqu’à environ 400m. Les 500 à 600m donnés à titre indicatif doivent donc être à peu près corrects.

          Pour finir, juste un mot sur l’autonomie du drone, qui s’en ressent toutefois. D’une part parce qu’il alimente la transmission vidéo (en plus de la nacelle et de la GoPro), d’autre part parce qu’il prend un peu de poids. L’ensemble est certes aussi léger que possible (l’émetteur vidéo, qui est la partie la plus lourde, ne pèse que 39g), mais en vol le moindre gramme compte, et impacte l’autonomie des batteries. Avec tout cet équipement je tourne donc à environ 15min de vol, contre près de 25 quand le drone est nu. Cette perte d’autonomie est tout à fait normale, mais doit être prise en compte.

          En conclusion ? Et bien je suis tout à fait satisfait de ce kit ! Simple à installer, complet, et de très bonne qualité, c’est parfait pour le débutant que je suis ! Il m’a en revanche permis de découvrir une nouvelle étape dans le monde des drones, et je dois dire qu’une fois qu’on a gouté au FPV il est très difficile de s’en passer :p

          Pour faire plus immersif, il ne restera plus qu’à tester avec des lunettes FPV, comme celles ci par exemple:

          lunettes-immersion-video-fatshark-attitude-v2-sd

          Dans ce mode, c’est comme si on était dans le drone. Il vaut mieux piloter assis, par contre, et il faut être à deux pour commander le drone, question de sécurité et d’assurance, puisque dans ce mode il est difficile de voir ce qui peut arriver au drone. Ce sera sans doute pour l’été prochain ;-)

          Partager

          Laisser un commentaire

          Ne ratez plus aucune news !

          Inscrivez vous à notre newsletter, et recevez chaque mois toute l'actualité du blog pour ne plus rien louper: actualité, guides, tutoriaux, concours !

          Merci pour votre inscription !